Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mars 2008 2 25 /03 /mars /2008 21:49

yann.jpg



LA TERRE VUE DU CIEL

( EARTH FROM ABOVE )

( LA TIERRA VISTA DESDE EL CIELO )



Un recueil de photos magnifiques de la Terre vue du ciel!
 
Galerie de photos par pays :
 
 
Site officiel du photographe Yann Arthus-Bertrand :
 
 
 
Photos + légendes + fonds d'écran : http://www.yannarthusbertrand.com/yann2/


(commenté le 27/08/2004)
Partager cet article
Repost0
25 mars 2008 2 25 /03 /mars /2008 21:29

frank2.jpg


TIS
 
(C'EST COMMENT L'AMERIQUE)
 
Le récit autobiographique de Frank McCourt continue, le récit délicieusement drôle d'un Irlandais démuni qui débarque en Amérique au début des années 50s alors qu'il n'a pas tout à fait 20 ans.
Sa vie est passionnante, il la raconte avec beaucoup d'humour et d'autodérision, on s'attache à son personnage, le livre se lit bien, très bon pour la détente.


(commenté le 01/12/2003)
Partager cet article
Repost0
25 mars 2008 2 25 /03 /mars /2008 21:24
Partager cet article
Repost0
25 mars 2008 2 25 /03 /mars /2008 15:29

cat.jpg

 

 

LE LIVRE DES PETITES TRUFFES

En tant que folle-dingue des chats, je ne peux que recommander ce petit livre à toutes les personnes qui comme moi ne résistent pas à ces petites bêtes! Cet ouvrage rassemble des photos de chats prises à travers des lentilles, ce qui donne un angle de vue loufoque à ces images (trop trop mimi, je craaaaque!).

Le photographe est un certain Morita Yoneo, déjà connu pour sa patte "Hanadeka" qui signifie "gros nez" en japonais. Son travail inclut également d'autres animaux domestiques, tels les chiens.


(commenté le 06/08/2004)

Partager cet article
Repost0
25 mars 2008 2 25 /03 /mars /2008 13:18

levi.jpg


SI C'EST UN HOMME
 
(IF THIS IS A MAN)
4è page de couv':
 
"Durant la Seconde Guerre mondiale, Primo Levi, 24 ans, lutte aux côtés des maquisards antifacistes du Piémont. Capturé en 1943, il se retrouve peu après à Auschwitz, où il demeurera plus d'un an avant d'être libéré par l'armée russe en janvier 1945.
Au camp, il observe tout. Il se souviendra de tout, racontera tout [...]"
C'est un témoignage véritablement bouleversant et fort, non pas que l'auteur se complaise à décrire son séjour à Auschwitz en tentant de tirer la larme au lecteur, en jouant la carte du voyeurisme ou en alimentant la haine, au contraire, les faits sont décrits comme un constat simple mais accablant et affligeant de ce que l'homme est capable de faire à un autre homme, des actes inconcevables qui dénient toute dignité, toute humanité à l'être humain, et qui ont pourtant existé (et existent toujours quand on pense au traitement de certains prisonniers de par le monde encore aujourd'hui... et encore, on ne sait pas tout ce qui se pratique...).


(commenté le 13/06/2004)
Partager cet article
Repost0
23 mars 2008 7 23 /03 /mars /2008 14:39

GASTON.jpg


JE SUIS NOIR ET JE N'AIME PAS LE MANIOC

 
Comme on peut s'y attendre d'après le titre, l'auteur se livre ici à une dénonciation des idées reçues et inculquées que les Français (Blancs) ont des Français (Noirs) encore et surtout aujourd'hui - ceci pour résumer brièvement.
A travers des anecdotes vécues et sous forme d'étude sociologique, Gaston Kelman analyse avec un humour caustique les comportements des Blancs et Noirs, tout en essayant d'amener une réflexion (et des solutions) et d'ouvrir un débat sur le problème de l'intégration en France.
Pour ma part, je l'ai souvent trouvé perspicace et juste dans ses propos, quoique parfois excessif et trop catégorique dans ses affirmations.


(commenté le 11/07/2004)
Partager cet article
Repost0
20 mars 2008 4 20 /03 /mars /2008 21:27

 

LA MONTAGNE DES PARFUMS
 
                 Propos recueillis par Geoges Walter
 
 
Quatrième de couverture
"Thao et Xuân ont quatre filles, ravissantes, mais pas de fils...
Dans l'une des seize pagodes de la Montagne des Parfums, Thao se rend alors en pèlerinage. Son voeu sera exaucé : un garçon naîtra, Nguyên Long Cuong - on l'appellera plus tard Pedro.
Son destin exceptionnel et tourmenté se confondra avec celui de son pays, le Vietnam. Choyé par les siens, Pedro grandit à Haiphong, où, dans les années 40, la colonisation jette ses derniers feux. Il est encore un enfant quand les premiers bombardements de la guerre d'Indochine poussent sa famille sur les routes de l'exode.
Bientôt séduit par l'idéal révolutionnaire, Pedro prend le maquis et devient acteur dans une troupe de propagande communiste. Il a quatorze ans. Deux ans plus tard, son père le tire des mains du Viet-minh. Il est pourtant torturé dans les geôles françaises.
Libéré de prison, devenu un homme, il apprend à survivre, à Hanoi d'abord, puis, après la chute de Diên Biên Phu, dans une Saigon charmeuse et corrompue où il va connaître l'amour impossible avec une Eurasienne...
Pedro réussit à quitter le Vietnam avant que la guerre contre les Américains ne mette son pays à feu et à sang. Mais les siens continueront de souffrir - dans les camps de rééducation, dans l'enfer des boat people - et il n'aura de cesse que sa famille soit enfin réunie... "
 
 
 
Un récit biographique palpitant, vibrant et instructif, idéal pour tous ceux qui souhaitent se plonger dans l'histoire contemporaine du Vietnam et en avoir une vision plus vivante et éloquante que celle véhiculée par les livres d'histoire, car comme le dit Georges Walter dans son avant-propos :
"... Sur cette guerre sans fin on sait beaucoup, mais que sait-on du peuple qui l'a vécue au jour le jour, c'est-à-dire quelque dix mille jours... Sans l'histoire de familles comme celle de Nguyên Long, l'Histoire n'est qu'un monstre savant et froid."
 
Loin de tout sentimentalisme, ce récit est un témoignage précis, fort, éprouvant et émouvant sur ce qu'a traversé une famille vietnamienne, unie dans les différentes épreuves que leur a imposé la vie, à travers le colonialisme français, leur fuite vers le sud, l'intervention américaine et enfin la purification révolutionnaire par les communistes.
C'est incroyable le nombre de choses que j'ai pu apprendre sur les vietnamiens, leur mentalité, leur aptitude à la débrouillardise, leur force mentale, leur capacité de survie, leur solidarité; c'est un récit tellement riche en événements divers, coups de chance, malheurs, etc, qu'on a peine à réaliser qu'il s'agit de faits réels et non de fiction.


(commenté le 23/07/2006)
Partager cet article
Repost0
20 mars 2008 4 20 /03 /mars /2008 20:49

CHOW.jpg

 

LE PALANQUIN DES LARMES
                   Récit recueilli par Georges Walter
 
C'est le récit autobiographique d'une chinoise au XXè siècle, qui grandit dans la tradition imposée par ses ancêtres, et à travers le regard de qui nous suivons l'évolution et les grands changements de toute une civilisation.
 
Récit indéniablement riche en émotions, les tribulations de cette femme et de son entourage sont marquantes et saisissantes car représentative d'une culture qui nous est forcément étrangère (et de ce fait étrange), mais peut-être parce que recueilli et transcrit par une tierce personne, le tout (du moins pour moi) sonnait légèrement impersonnel et distant, comme une suite d'événements énoncés simplement dans leur ordre chronologique et dénué d'âme ou de voix, comme un documentaire.
 
Même si les deux récits sont relativement différents dans l'expérience et le vécu, j'ai préféré Falling Leaves de Adeline Yen Mah qui m'a fait vibrer. Cela dit, ce récit (adapté par ailleurs au cinéma) reste digne d'intérêt et instructif sur toute une civilisation et une époque, mais il m'a moins impliquée dans les événements, moins absorbée.


(commenté le 21/11/2005)
Partager cet article
Repost0
20 mars 2008 4 20 /03 /mars /2008 20:44

leav.jpg

 

FALLING LEAVES
     The True Story of an Unwanted Chinese Daughter
 
( FEUILLES D'AUTOMNE )
 
Présentation de l'éditeur
"Shanghai, dans les années 30, est encore une cité coloniale, prospère et animée. C'est là que les époux Yen, fuyant l'avancée des troupes japonaises, ont choisi de s'établir avec leurs quatre enfants. Là que l'entreprise familiale prend l'essor qui fera de M. Yen l'un des industriels les plus riches de Chine. Soudain, en 1937, Mme Yen meurt, quelques jours après avoir donné naissance à une petite fille : Adeline. Le chagrin de son père est de courte durée : il se remarie à une séduisante franco-chinoise, Niang, femme futile et vaniteuse, avide de mondanités, qui ne cache pas son mépris pour les enfants nés du premier lit. Mais c'est à Adeline, considérée comme responsable de la mort de sa mère, que Niang réserve les trésors de sa cruauté. Adeline, qui devient le bouc émissaire de toute la famille. En 1947, redoutant le péril communiste, la famille Yen s'exile à Hong-Kong. Adeline ne fait pas partie du voyage. Placée dans un orphelinat, elle est privée de visites et de courrier. C'est dans cette prison, pourtant, qu'elle va découvrir la clé de son existence : les livres... "Feuilles d'automne", ce "Vipère au poing" asiatique, a été traduit dans dix pays et vendu à plus d'un million d'exemplaires.
"
 
 
Une histoire magnifique et poignante qui, malgré son caractère autobiographique, ne verse pas dans le mélo. Le style est sobre mais la plume efficace. Quel destin extraordinaire que celui de cette jeune chinoise dont on suit l'évolution de la famille sur près d'un siècle - toute une galerie de personnages dont le portrait est brossé avec une acuité et une justesse marquantes.
Très instructif sur toute une période de l'histoire de la Chine, celui du 20è siècle en particulier, ce récit est d'autant plus enrichissant qu'il évoque toute une culture que je ne connaissais qu'en surface.
 
Un livre qui se lit d'une traite et qui m'a hanté longtemps après que je l'ai terminé. C'est également le premier récit chinois que je lis dans sa version originale, en anglais.
 
L'auteur a également écrit une livre intitulé Chinese Cinderella sur lequel j'essaie désespérément de mettre la main!


(commenté le 06/09/2005)
Partager cet article
Repost0

LECTURES EN COURS

                    ooops.jpg 

Recherche

ET POURQUOI PAS ?

 Lubie littérature grecque  Challenge Contes

 challenge-iles.jpg  Lire-sous-la-contrainte.jpg

Le Grenier