Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 juillet 2008 1 14 /07 /juillet /2008 15:37
Partager cet article
Repost0
13 juillet 2008 7 13 /07 /juillet /2008 13:43
Partager cet article
Repost0
12 juillet 2008 6 12 /07 /juillet /2008 15:35
Partager cet article
Repost0
12 juillet 2008 6 12 /07 /juillet /2008 15:30




ALLAH N'EST PAS OBLIGE


En résumé:
"Birahima, le narrateur de ce roman, a une douzaine d'années et il retrace son itinéraire d'enfant-soldat de l'Afrique contemporaine, entre le Liberia et la Sierra Leone. Orphelin, jeté sur les routes en compagnie d'un marabout mi-philosophe mi-escroc, Birahima se fait enrôler dans une bande de pillards. Kalachnikov en bandoulière, pour gagner sa solde, il va bientôt participer aux pires exactions : " De camp retranché en ville investie, /.../ j'ai tué pas mal de gens. /.../ beaucoup de mes copains enfants-soldats sont morts. Mais Allah n'est pas obligé d'être juste avec toutes les choses qu'il a créées ici-bas.
Après En attendant le vote des bêtes sauvages (Prix du Livre Inter 1999), Ahmadou Kourouma nous livre un récit picaresque et terrifiant sur une époque de massacres dont les enfants sont les tristes héros. "




Non, non, ne vous précipitez pas sur ce commentaire (mdrrrr, genre...), il s'agit d'une lecture qui date mais que je ressors de ma mémoire puisque je suis en plein "répertoriage" de romans africains que j'aurais lus, et comme ça date, je n'ai aucune trace de commentaires personnels...
C'est assez tragique dans le sens où j'en garde tout de même un bon souvenir de cette lecture, mais pas assez précis pour en dire grand chose de neuf par rapport à ce qui se dit déjà ailleurs...

Ce qui m'avait attirée à l'époque c'était le thème, celui des enfants-soldats, traité avec assez d'humour pour qu'il reste accessible tout en étant instructif et dénonciateur d'une terrible réalité. Je me souviens avoir été accrochée par la façon dont Birahima, cet enfant-soldat de 10-12 ans (?), racontait les événements. Son langage cru, direct et spontané, avec ses jurons, ses approximations dans l'usage de la langue française, rendait le récit très vivant, imagé et particulièrement drôle. Et je me souviens aussi avoir eu un sentiment de lassitude vers la fin (il me semble même que je ne l'ai pas tout à fait fini, ce livre...), mais je ne sais plus à quoi l'attribuer... les événements? le thème? le style?... je ne sais plus...


Euh, mais pour pallier à cette terrible lacune, voici une formidable interview de l'auteur que j'ai notée parce qu'il y fait, entre autres, un petit topo intéressant sur les écrivains africains en général, et la littérature africaine:

http://www.unesco.org/courier/1999_03/fr/dires/txt1.htm

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2008 5 11 /07 /juillet /2008 13:05
Partager cet article
Repost0
9 juillet 2008 3 09 /07 /juillet /2008 14:09




Pour donner suite à l'initiative de Magali, relayée par Lucile  (Maigrettes Poweeer!!), je m'auto-tague en hommage aux organisatrices de Books and the City ! (même pas mal!)


- Mon meilleur souvenir de cette journée :
L'arrivée à Bercy - voir tous ces lecteurs réunis depuis 10h du mat' un samedi matin (!!!) sous un ciel menaçant, en imaginant certains debout depuis 7h - 7h30, pour cet événement. Il y avait quelque chose de surréaliste dans ce rassemblement improbable! Ca m'a presque émue!
Excellent aussi l'investissement des amis/parents dans ce jeu. Leur participation - enthousiaste (??mdrrr) - par téléphone interposé élargissait encore davantage l'ampleur du phénomène, j'ai trouvé ça génial. 
Egalement le moment où on s'est installé dans ce bar en fin de journée après avoir remis nos réponses aux organisatrices, et que j'ai enfin pu faire ma pause-pipi pour la première fois depuis que j'avais quitté mon chez moi! Un bonheur incommensurable!! :)


- Mon moment de doute :
Au Panthéon, quand on s'est séparé, Cryss et moi, du reste du groupe qui se dirigeait joyeusement vers le resto du soir. Pour nous, l'aventure "Books and the City" était terminée (gros snif), pour les autres, elle continuait. Se retrouver seules d'un coup comme ça, la réalisation qu'on était en train de rater quelque chose (gniiiiiiiiiii!!), ça m'a foutu un mini-bourdon...


- Moments de fous rires :
Wow - difficile de faire le tri là! lol
Ca a commencé déjà lors de la photo de groupe du matin, quand on nous a remis des feuilles blanches avec des lettres dessus, j'avais le K et Cryss le S, et toutes les deux on n'arrêtait pas d'échanger nos places (parce que devant aussi ça changeait mdrrr), et nos feuilles du coup, et qu'on a réalisé au final que cette agitation n'avait servi à rien parce que de toute façon, les lettres devaient être tournées vers nous!
Mdr aussi quand on s'est fait surprendre à 8 dans les toilettes de la BNF pour la photo insolite, et que le couple qui voulait les utiliser (normalement), a échangé un regard surpris et que l'homme a fait à sa femme : "ce sont des touristes?!?" (vraiment ptdr!)


- Aux organisatrices :

Vous êtes vraiment, vous êtes vraiment, vous êtres vraiment phénoménales!!!  la la la la la

Un grand merci, un grand merci, pour cette ambiance des plus joviales!!!  la la la la la la

On s'souviendra, on s'souviendra, de cette journée originale !!! la la la la la la...

A quand l'prochain, à quand l'prochain, rendez-vous dans la capitale?  la la la la la la....

En attendant, en attendant, en attendant retour aux PAL !!!! la la la la la la

('vous inquiétez pas, le massacre s'arrête là! lol)
Partager cet article
Repost0
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 21:02




Mashed potatoes!
 J'ai failli bouffer un des bibliothécaires ce soir!!! (en fait c'était pas ce soir mais on s'en fout) (ça s'est quand même passé)


Rewind rapide <<=
J'arrive plus tard que prévu à la bib' pour cause de problèmes suspects réseau bus galère blabla.

Et là j'ai ma petite liste de livres. Je les avais déjà repérés sur le catalogue en ligne de cette bibliothèque. Ils y sont! C'est du sûr!

Je suis prête.

Fin prête.

Je cherche partout le rayon "Romans".

C'est pas indiqué! Je m'énerve!

stress

Petite sonnerie - annonce d'une voix féminine, douce et calme - pas stressée, quoi : "nous fermons dans 10 minutes...".

STRESS

Avant-dernière ligne bis des fois qu'on aurait pas entendu.

STRESS

Je décide de faire tous les étages...

4!!!

le désespoir me rongeant déjà.


4è étage - pas le temps de reprendre mon souffle - j'aperçois le rayon "documentaires" - ça tombe bien! Un des livres que je cherche est classé dans le rayon "Histoire", vers les n°800.

Je respire.

Je me dis que j'ai mes chances.

Je me dirige d'un pas décidé vers les rayons où ils indiquent n°700 à 900...

Je tourne je tourne...700 - YES! ... j'avance... 750... j'avance encore...780 ... 900... hein!!??

Dernière ligne bis en ralentissant à partir de 790.

Je ne vois pas de n°800.

stress

Je commence à chercher du regard un bibliothécaire en me disant que s'ils refont sonner une fois, je leur envoie à la gueule qu'ils ont qu'à mieux classer les livres - et pas au 4è étage!!

Hop j'en chope un et trrrrrrrrès stressée, je demande où sont classés les n°800.

Il me dit : "Au rez-de-jardin".

...

...


??...??... gné...??

Le rez-de-jardin??? (pas aperçu de jardin moi en arrivant) Le rez-de-chaussée vous voulez dire.

Le rez-de-jardin, il répète - imperturbable.

(intérieurement) mais ils sont cons de foutre les n°700 à 900 au 4è, et les 800 au rez-de-jardin - et c'est où ce rez-de-jardin encore?...

Je dis, donc faut que je descende un étage après le rez-de-chaussée? (très énervée) (j'essaie de visualiser le rez-de-chaussée mais je n'ai pas vu d'escalier menant plus bas)

Au rez-de-jardin qu'il répète.

Bon je vais me débrouiller merci - et euh... les autres romans normaux, ils sont où?

Au rez-de-jardin qu'il répète.

Il m'énervait avec son rez-de-jardin et je n'avais plus que 3 minutes pour trouver mes livres.

Je dévale les escaliers 4 à 4 jusqu'au rez-de-chaussée, et ouf, je repère un escalier qui mène au rez-de-jardin (le fameux) - et là, re-ouf! j'aperçois les romans.

Bref moment d'allégresse intérieure, vite délogé par un pur moment de stress pour comprendre le classement alphabétique. R-S-T sont juste derrière A-B-C, à côté desquels se trouvent M-N-O, et ainsi de suite (pas logique).

J'étais assez desespérée là.

J'en trouve un de ma liste presque par pur hasard et là la rage de vaincre me gagne. Je n'abandonnerai pas aussi facilement et je ne me laisserai pas mettre dehors comme ça, si près du but!!!

Moment d'hésitation devant le dernier livre de ma liste. C'est que c'est un grave pavé mine de rien. Moi qui croyais que c'était un piti livre de poche - tu paaaarles! J'ai failli ne pas l'embarquer... mais je ne me voyais pas revenir là si je changeais brusquement d'avis dans la semaine!

Finalement je m'en sors à 30 secondes de la fermeture - et en récompense, je garde en plus mes livres quasi 2 mois parce qu'ils ferment deux semaines en août! Yeah!

Une séance de bib' digne d'un cardio training tellement j'ai eu de palpitations...

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2008 1 07 /07 /juillet /2008 11:18
 




Heureusement que l'écriture sollicite les bras et les mains, et non les jambes, car une manifestation violente des muscles, connue sous le nom de COURBATURES, tient actuellement les miennes en otage, et je n'aurais pas pu pondre grand chose avant une bonne semaine!

Retour sur ce jour mémorable du samedi 05 juillet 2008 qui a réuni à Paris, grâce à l'excellente initiative des organisatrices de BOOKS AND THE CITY, des lecteurs maso (là c'est quasi un pléonasme!) de tous horizons, venus achever les semelles de leurs baskets dans un parcours de malade, et leurs neurones sur des énigmes littéraires et épreuves insolites concoctées avec soin et malice par nos organisatrices : Amanda, Caro[line], Chiffonnette, Emeraude, Fashion, Stéphanie et Tamara.

Le challenge s'annonce mal, alors que la veille, avec ma potesse Cryssilda que j'embarque dans l'aventure, au lieu de bachotter à 1h du matin, nous recherchons sur Pagesjaunes.fr un McDo autour de Bercy et qu'elle situe Bercy dans le 14è alors que c'est dans le 12è... On n'est pas mal barré déjà, que je me dis à ce moment-là...
Finalement on se retrouve à Saint-Lazare pour notre McMorning (réveil à 7h30 du mat' pour ce souvenir et rituel de jeunesse... un samedi matin, hein, je le rappelle!) qui nous sera salutaire pour la journée alors que le sandwich du déjeuner sera pris au pas de course dans les allées du cimetière du Père-Lachaise.

Mal barrées, je disais plus haut... mais c'était sans compter les autres membres de notre équipe de choc (l'équipe Maigret, olé!), Lucile, Sébastien, Gwenaëlle, Magali, Fabienne, Céline, qui étaient d'attaque dès 11h du mat' (un samedi matin, hein, je le rappelle encore une fois - pluvieux, qui plus est) et avec qui l'on commence à faire connaissance autour d'un café tout en faisant la peau à plusieurs énigmes. Il y a de sacrés têtes chez les Maigrettes, j'en suis encore impressionnée!

Les organisatrices se sont déjà volatilisées dans Paris et les autres équipes sont déjà sur leurs traces. On ne tarde pas, nous aussi on veut jouer, c'est parti mon kiki!
Armés de nos plans, guide, bouteilles d'eau, chocobons, portables, c'est le début d'une longue marche dans la capitale, pleine de découvertes, de rires et de bonne humeur, malgré la fatigue qui nous gagne tous vers la toute fin, et l'énervement qui monte crescendo alors que les minutes passent. Les jokers/coups de tél aux amis en sont témoins, je suis la première à m'irriter contre une amie (une des rares qui ne faisaient pas les soldes ce jour-là!) alors que ses recherches sur le net, guidées par nos trouvailles, demeurent infructueuses. C'est qu'on se prend au jeu mine de rien et quand on ne trouve pas, c'est frustrant! Les organisatrices qui nous attendent à chaque point de rendez-vous se bidonnent en nous voyant, c'est qu'on doit faire de ces têtes!

Tant bien que mal, nous arrivons tout de même à rassembler nos réponses et photos avant la fin de la journée, après avoir amusé un couple japonais qui a bien voulu poser pour une photo insolite, maquillé le seul homme de l'équipe pour illuster Nana d'Emile Zola, serviettes hygiéniques à l'appui, surpris le personnel de la BNF qui pensait que nous étions de la maison (affublés de nos plans, parapluies et enveloppes à énigmes?...?), et tant d'autres choses encore qui ont fait de cette journée un événement mémorable!

Nous unissons enfin nos dernières forces pour nous traîner dans un bar et prendre un verre bien mérité, alors que nous laissons nos organisatrices procéder aux délibarations. Ambiance LCA (Lecteurs Compulsifs Anonymes) en live pour mon plus grand plaisir - je découvre, entre autres, une autre habitude de lecteur que je n'aurai jamais imaginée possible : celle de choisir ses lectures en fonction de la dernière ligne du livre!!! 
Nan mais les lecteurs, c'est quand même un monde à part, faut le dire! :)

Pour le dîner, faudra voir chez les autres parce que Cryss et moi avons dû abandonner la troupe en début de soirée, autre soirée oblige...
Soirée que nous avons d'ailleurs dû annuler par la suite tellement nous étions sur les rotules! ...

N'empêche on remettrait ça bien volontiers, alors vivement la prochaine édition de "Books and the City" et bravo, bravo, bravo, merci, merci, merci, aux organisatrices de cet événement pour leur investissement dans ce jeu et leur bonne humeur contagieuse!

Pour l'ensemble des compte-rendus, RDV directement sur le blog officiel de Books and the City !

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 22:41
Partager cet article
Repost0
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 22:35




A CONCISE CHINESE-ENGLISH DICTIONARY FOR LOVERS

( PETIT DICTIONNAIRE CHINOIS-ANGLAIS POUR AMANTS )


Présentation de l'éditeur
"Quand la jeune héroïne chinoise de ce roman arrive à Londres afin d'y apprendre l'anglais, envoyée de Wenzhou par ses parents ambitieux, elle commence par perdre les roues de sa valise Made in China, puis son nom ! Zhuang Xiao Qiao se transforme en Z car, ainsi qu'elle l'explique dans un anglais impossible, moi pas prononçable ! ".
Armée de son anglais fastidieux, souvent exécrable mais toujours craquant - et de son dictionnaire bilingue - Z arpente les rues de Londres et fréquente ses cinémas. C'est d'ailleurs là qu'elle rencontre l'homme qui deviendra son amant, un quadra désabusé du quartier de Hackney et à sa grande horreur (surtout pour une fille de paysans chinois amateurs de viande de porc), végétarien ! Leur amour triomphera-t-il des nombreuses oppositions entre un Anglais et une jeune Chinoise ? Saura-t-il dépasser les malentendus infinis mais cocasses nés des innombrables fautes d'anglais de la jeune femme ?...

Roman d'initiation attachant et drôle écrit dans un anglais de débutante, ce Petit Dictionnaire chinois-anglais pour amants est le journal intime et sentimental d'une Orientale candide et ironique, à la fois épatée et déboussolée par les travers de l'Occident. Mais c'est également un lexique romanesque, impétueux, grave et aigre-doux, à l'image de Z, qui éclaire d'une lumière nouvelle les paradoxes de la globalisation. "


L'auteur
Xiaolu Guo est née dans un village de pêcheurs du sud de la Chine en 1973. Elle se partage aujourd'hui entre la littérature et le cinéma. Elle vient de remporter le grand prix du Jury du Festival de films de femmes de Créteil 2007 avec How is your fish today ? Après un premier roman, La Ville de Pierre (Picquier, 2003), son Petit Dictionnaire chinois-anglais pour amants paraît chez Buchet / Chastel.




Excellente pioche côté livre divertissant avec ce Petit Dictionnaire... !
Ca faisait longtemps que je ne m'étais pas poilée comme ça à la lecture d'un livre. C'est hilarant à souhait, je partais dans de grands éclats de rire incontrôlables à chaque page, surtout au début, car très rapidement (en fait, à partir du moment où elle rencontre son ga's), ses remarques, toujours perspicaces, sont moins délirantes à mesure que l'on rentre dans le vif du sujet et que ses réflexions, plus profondes et plus graves qu'elles ne paraissent en surface, soulignent les gouffres culturels qui mettent en péril les relations interraciales. Ca n'en reste pas moins drôle, cela dit.

J'ai adoré le personnage de cette jeune chinoise, candide et nature, qui dit tout ce qu'elle pense, au risque d'outrepasser les règles de bienséance et de heurter la sensibilité de nos anglais réputés pour leur flegme et leur courtoisie extrême. La diplomatie et le tact, elle ne connaît pas, ce qui crée des situations fâcheusement drôles dont elle ne mesure pas toujours le côté cocasse - ce qui est assez tragique quand on y pense bien (faire rire involontairement sans comprendre pourquoi...) mais qui la rend du coup touchante.
"We Chinese don't understand humour. We look funny just because the culture difference, and we just being too honest."

Sa méconnaissance de l'anglais est source de malentendus divers (pour notre plus grand plaisir!) (je suis horrible! lol) mais est également très instructive sur la façon dont chacun appréhende le monde. La langue réflète en effet nos différences culturelles en révélant par son usage notre conception et représentation du monde. J'ai bien aimé cet exemple:
"Ms Zh-u-ang, you have to learn when to use I as the subject, and when to use me as the object!"
Mrs Margaret speaking Queen's English to me.
So I have two mes? According to Mrs Margaret, one is subject I and one is object I? But I only one I. Unless Mrs Margaret talking about incarnation or after life."
(mdrrrr cette réflexion)

J'ai trouvé ça très intéressant aussi le fait que l'on ait, pour changer, le regard d'une chinoise sur un pays occidental, et plus particulièrement la culture anglaise (et Dieu sait si les anglais sont spéciaux lol). Ce genre d'exploration des comportements, des habitudes, des traditions, des mentalités d'une population, est plus fréquent dans le sens inverse, occident => orient, surtout sous forme de fiction, et rien que pour ça, ce livre vaut le détour.
Juste une réflexion que j'ai notée parmi d'autres parce qu'elle m'a fait pleurer de rire, c'est quand elle parle des "baked beans" typiquement anglais et qu'elle dit:
"Only problem is, tastes like somebody put beans into mouth but spit out and back into plate." Je visualise tellement le truc et je me dis qu'elle n'a pas tout à fait tort mdr!

Enfin, plus qu'un concentré d'observations diverses sur les anglais, ce roman témoigne également de ce qu'est la Chine aujourd'hui, à travers l'histoire de cette jeune chinoise fraîchement débarquée en Europe, qui nous laisse entrevoir ce à quoi ressemblait sa vie dans son pays, une vie qui révèle une Chine en mouvance constante, l'émergence d'une nouvelle génération qui change le visage de ce pays, et leur attraction pour les valeurs occidentales qui n'occulte pas pour autant leur philosophie de vie profondément chinoise.


Bref très bon moment de lecture et crises de fous rires avec ce roman, l'auteur a vraiment un humour désopilant!! Mon seul bémol, c'est la romance dans l'histoire, ça c'est la partie qui m'a le moins bottée (pas de bol, c'est quasi les 3/4 du livre lol - en même temps j'étais prévenue avec le titre...) mais avec le recul je trouve que le sujet a plutôt bien été traité.

Partager cet article
Repost0

LECTURES EN COURS

                    ooops.jpg 

Recherche

ET POURQUOI PAS ?

 Lubie littérature grecque  Challenge Contes

 challenge-iles.jpg  Lire-sous-la-contrainte.jpg

Le Grenier