Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mars 2008 4 20 /03 /mars /2008 20:04

 gambit.jpg

 

LE GAMBIT TURC
 
Quatrième de couv':
"1877. La guerre fait rage entre la Russie et l'Empire ottoman. Pour le tsar Alexandre II, l'enjeu du conflit est majeur : l'accès direct de sa flotte de guerre à la Méditerranée. Nous retrouvons Eraste Petrovitch Fandorine, détective du tsar, sur le front, où il croise une intrépide jeune femme, Varvara Souvorova, féministe avant l'heure, venue rejoindre son fiancé, engagé volontaire et employé à l'état-major de l'armée russe comme officier du chiffre. Le jour de leur arrivée dans le camp provisoire, un ordre du haut état-major est mystérieusement modifié, permettant à l'adversaire de réorganiser ses forces. Qui a donc trafiqué le télégramme chiffré ? Les soupçons pèsent sur le fiancé de Varvara, qui ne tarde pas à être mis aux arrêts. Fandorine n'est cependant pas convaincu de sa culpabilité. À lui de le prouver...
"
 
Second volet des aventures d'Eraste Fandorine, découvert dans Azazel.
Grosse déception pour moi après l'excellent souvenir que j'avais d'Azazel. Je n'ai pas retrouvé l'humour marquant de l'auteur, et l'intrigue m'a ennuyée de bout en bout. Le contexte n'a pas aidé : nous sommes en pleine guerre Russie / Empire ottoman, et il n'est question que de stratégies politiques et de manoeuvres militaires...
 
Je tenterai quand même le tome suivant des aventures de Fandorine un de ces quatre, mais avec quelques réticences.


(commenté le 12/12/2005)
Partager cet article
Repost0
20 mars 2008 4 20 /03 /mars /2008 19:58

 azazel.jpg

 

AZAZEL

 

Résumé

"Le 13 mai 1876, à Moscou, dans le jardin Alexandre, l'étudiant en droit Piotr Kokorine s'approche d'une jeune fille assise sur un banc en compagnie de sa duègne. Après avoir vanté sa beauté et quémandé en vain un baiser, il sort un revolver, fait tourner le barillet, appuie le canon sur sa tempe, tire et s'écroule mort. Ce fait divers intrigue le commissaire principal Grouchine qui confie l'affaire à un nouveau venu dans son service, le fonctionnaire de quatorzième classe, Eraste Pétrovitch Fandorine. De l'enquête préliminaire et des interrogatoires qui vont suivre, Fandorine découvre que la victime, d'un nihilisme forcené, s'est tuée à la suite d'un défi avec Nikolaï Akhtyrtsev, un autre étudiant, qui l'a provoqué à la "roulette russe". Sans famille, Kokorine lègue par testament une grosse fortune à la baronne Margaret Esther, une citoyenne britannique qui vient de créer à Moscou le premier "esthernat", un établissement qui recueille et élève les petits orphelins. Lors d'une soirée privée organisée chez l'ancienne égérie de Kokorine, le policier retrouve Akhtyrtsev. Il sympathise avec lui et recueille ses confidences mais lorsqu'ils sortent dans la rue, un inconnu les poignarde en murmurant "azazel".

Le premier volet de cette série se lit avec beaucoup de plaisir car Akounine utilise aussi bien les références à la littérature russe que divers thèmes du roman feuilleton à rebondissements."

 

Style absolument enthousiasmant, vraiment drôle, agréable découverte d'un auteur russe au rayon policier qui a décidément beaucoup d'humour et qui semble s'éclater en écrivant. L'intrigue en soi n'est pas exceptionnelle mais intéressante tout de même même et il y a tellement de rebondissements qu'on n'a de toute façon pas le temps de s'ennuyer. La fin est déroutante (je ne suis d'ailleurs pas sure de l'avoir comprise).


(commenté le 30/11/2003)
Partager cet article
Repost0
20 mars 2008 4 20 /03 /mars /2008 19:58
Partager cet article
Repost0
20 mars 2008 4 20 /03 /mars /2008 19:51

BOULG.jpg

 

LE MAÎTRE ET MARGUERITE
 
(THE MASTER AND MARGARITA)
 
4è page de couv'
 
"Ecrit sous la terreur par un homme malade et désespéré, Le Maître et Marguerite a mis 25 ans pour s'imposer comme l'un des chefs-d'oeuvre de la littérature russe et devenir un livre culte dont la construction diabolique n'a pas fini d'enchanter les lecteurs.
 Comment définir un mythe? Les personnages de ce roman fantastique sont le diable, un écrivain suicidaire, un chat géant, Jésus et Ponce Pilate, la plus belle femme du monde...
C'est une satire acerbe, une comédie burlesque, une parodie politique, un poème philosophique dévastateur avec des fantômes et des transformations magiques.
Mais cette fantasmagorie baroque, ce film noir, cette vision d'apocalypse est aussi l'une des plus belles histoires d'amour jamais écrites."
 
Je ne suis juste pas d'accord avec l'affirmation "l'une des plus belles histoires d'amour jamais écrites" même si je ne suis pas une spécialiste, parce qu'elle ne m'a pas frappée comme telle ici, mais j'ai trouvé ça très fort la dimension satirique et parodique du récit (explicitée en long en large et en travers dans les notes de bas de page - très instructives à tout point de vue mais non moins pénibles parce qu'elles parasitent terriblement la lecture et parfois anticipent même sur des événements à venir), et surtout j'ai adoré les situations burlesques décrites par l'auteur qui semble beaucoup s'amuser et qui délire souvent dans ses écrits.
L'histoire elle-même est plutôt originale et riche en référence en tout genre, mais la fin m'a un peu laissée sur ma... faim... Le dénouement m'a semblé un peu brusque, beaucoup d'éléments restent obscurs pour moi, il manquerait comme quelques explications au pourquoi du comment de certaines choses, et il semblerait qu'on pourrait débattre des heures à ce sujet sans arriver à des conclusions satisfaisantes - ça m'a un peu fait l'effet "Projet Blair Witch" sur la fin.


(commenté le 13/06/2004)
Partager cet article
Repost0
20 mars 2008 4 20 /03 /mars /2008 19:50
Partager cet article
Repost0
20 mars 2008 4 20 /03 /mars /2008 19:39
Partager cet article
Repost0
20 mars 2008 4 20 /03 /mars /2008 19:32
Partager cet article
Repost0
20 mars 2008 4 20 /03 /mars /2008 17:53

 gaiman4.jpg

 

CORALINE
 

Dans la droite ligne d'Alice au pays des merveilles, ce roman magnifique séduira tous les publics. "

 

Assez déçue par ce roman prometteur qui m'a ennuyée plus qu'autre chose, et pourtant tout s'annonçait bien, les louanges des critiques, un roman dans la lignée d'Alice au pays des merveilles que j'avais beaucoup aimé, écrit par un auteur que j'admore (admire/adore ) pour son humour et son imagination.
Mais là l'histoire me semblait plutôt plate, linéaire, banale, un conte ordinaire malgré sa noirceur, une pâle copie d'Alice au pays des merveilles, réflétée dans un miroir obscur.
Bon, on va dire que je suis passée à côté... (mais de quoi, de quoi?!)


(commenté le 07/09/2005)
Partager cet article
Repost0
20 mars 2008 4 20 /03 /mars /2008 17:50

 gaiman3.jpg

 

NEVERWHERE
 
Quatrième page de couv':
 
"Une rue de Londres, un soir comme un autre. La jeune fille gît devant lui sur le trottoir, face contre terre, l'épaule ensanglantée. Richard la prend dans ses bras, elle est d'une légèreté surprenante. Et quand elle le supplie de ne pas l'emmener à l'hôpital, il a le sentiment de ne plus être maître de sa volonté. Dès le lendemain, elle disparaît et, pour Richard, tout dérape : sa fiancée le quitte, on ne le connaît plus au bureau, certains, même, ne la voient plus... Le monde à l'envers, en quelques sorte. Car il semblerait que Londres ait un envers, la " ville d'En Bas ", cité souterraine où vit un peuple d'une autre époque, invisible aux yeux du commun des mortels. Un peuple organisé, hiérarchisé, et à la tête duquel les rats jouent un rôle prépondérant. Plus rien ne le retenant " là-haut", Richard rejoint les profondeurs.
 
Fable fantastique ou roman de fantasy contemporain, Neverwhere est inclassable, surprenant, original. Plein d'idées, de rebondissements, de clins d'oeil référentiels et de personnages iconoclastes."
 
Ah ben j'ai presque plus rien à rajouter, merci Amazon et vive les cop-col!  J'aurais pu écrire les 2 dernières phrases en ajoutant que j'ai beaucoup apprécié l'humour de Gaiman discret mais non moins efficace, et pour l'appréciation générale je dirai juste, très bon roman divertissant et palpitant.


(commenté le 13/06/2004)
Partager cet article
Repost0
20 mars 2008 4 20 /03 /mars /2008 17:49

 gaiman2.jpg

 

STARDUST
 

Mon deuxième livre et demi de cet auteur (le demi étant pour celui qu'il a co-écrit avec Terry Pratchett) et je pense que je vais continuer dans ma lancée.

Alors l'histoire:
Un jeune homme, issu de l'union d'un humain et d'une fée (hé oui, que des choses qui arrivent), quitte le village des hommes où il a été élevé pour se rendre à Féerie (monde fantastique qui s'étend au-delà de la frontière du village) y chercher une étoile filante qui lui assurerait les faveurs de la belle Victoria. Les aventures
commencent...

On se laisse agréablement bercer par ce conte de fée qui s'adresse aussi bien à l'adulte qu'à l'enfant en chacun de nous. Gaiman nous dépeint un univers enchanteur où le dénouement de chaque situation est surprenant, et les personnages sont excellents (je m'entends sur ce terme...). Le récit m'a littéralement charmée, je l'ai trouvé simple mais original, et ses petites touches humoristiques m'ont beaucoup amusée.


(commenté le 30/11/2003)

Partager cet article
Repost0

LECTURES EN COURS

                    ooops.jpg 

Recherche

ET POURQUOI PAS ?

 Lubie littérature grecque  Challenge Contes

 challenge-iles.jpg  Lire-sous-la-contrainte.jpg

Le Grenier