Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 00:03

cote 400

 

 

LA COTE 400

 

 

Repéré et noté chez Mélopée pour ces mots diablement tentateurs lorsque l'on est passionnée de l'univers des livres comme moi: bibliothécaire, lecteur, problématiques liées au livre, lecture éclair, grande qualité!

 

Lecture éclair, oui! Difficile pour moi de donner mes impressions de lecture sur ce livre tellement court peut-être qu'on a à peine l'impression d'un processus de lecture. On rentre dans un univers, celui d'une bibliothécaire, qui monologue tout le long. C'est comme se transformer plus en psychothérapeute le temps d'une séance impromptue, que de tenir un rôle de lecteur.

 

Court et dense, cet ouvrage donne la parole à une bibliothècaire, qui, (limite) manque de pot pour le visiteur qui devient son confident malgré lui, s'épanche sur sa vie professionnelle (procédé qui m'a fait penser à Le japon n'existe pas d'Alberto Blandes-Torrina - cette façon de n'avoir qu'un seul personnage qui parle de mille et une choses tout en s'adressant à une autre personne, et qui donne l'impression de monologue).

 

Ce qui fait qu'on s'intéresse à ses réflexions, c'est que 1) c'est une bibliothécaire, 2) elle parle de son milieu professionnel, donc on ressent forcément quelques affinités avec son sujet, et enfin 3) elle en parle bien, le style de l'auteure, Sophie Divry, est agréable, et par ailleurs, le discours de notre bibliothécaire est plutôt instructif, mais au final, on ne sait pas trop quoi penser de tout ça, comme si au sortir du livre on avait envie de dire, "bon ben à la séance suivante alors".

C'est qu'en réalité, notre bibliothécaire vit son quotidien comme peu épanouissant, avec son lot de frustrations diverses, et j'ai, au final, trouvé sa vie plus maussade que palpitante (palpitant que j'espérais un peu en m'attaquant à ce livre car il est bien entendu que les histoires autour des livres, c'est toujours palpitant pour un lecteur invétéré! ). La fin, en particulier, laisse quelque peu tristement dubitatif (je trouve).

 

 

Gros bonus en revanche en lisant ce livre: j'ai découvert la classification de Dewey, ce système permettant de répertorier l'ensemble du savoir humain dans les bibliothèques. Excellent! C'est vrai, en y pensant bien, que  j'ai toujours remarqué cette classification par cote, commune aux bibliothèques, mais ça n'avait jamais fait tilt dans ma tête qu'il y ait, à l'origine, une source et une logique propre à cette classification du savoir (mais je suis une vraie brêle pour certaines choses assez évidentes il faut dire...). 

 

Partager cet article

Repost0
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 00:29

tsubaki.gif 

 

 

TSUBAKI

 

                LE POIDS DES SECRETS - Tome 1

 

 

On peut parfois en vouloir à la blogo de sa responsabilité vis-à-vis de nos PAL grandissantes, on peut aussi la remercier de nous motiver à les réduire. C'est le cas ici pour Tsubaki qui croupissait dans ma PAL depuis quelques années. Ce court roman, premier d'une série de cinq, avait toujours attisé ma curiosité et j'en avais déjà entendu dire le plus grand bien, mais je n'étais jamais vraiment pressée de le lire, jusqu'à ce que je vois cette série fleurir sur les blogs récemment.

 

Et voilà,  ma curiosité est maintenant satisfaite!

C'est étrange mais ce roman m'a souvent fait penser à la trilogie d'Agota Kristof bien que je ne me souvienne plus bien de l'histoire aujourd'hui et que les sujets soient différents. Peut-être pour le rapport à la période de la seconde guerre mondiale. Peut-être par rapport à quelque chose qui me semble "fishy" dans cette histoire, du coup je me demande où l'auteure veut nous mener. Peut-être aussi parce que, tout comme Agota Kristof, l'auteure, Aki Shimazaki, s'est aventurée à écrire en français bien que ce ne soit pas sa langue maternelle, et j'ai trouvé ça admirable, surtout que le style d'Aki Shimazaki, sobre, soigné et épuré, est agréable à lire.

 

Je dois dire que j'ai pourtant été un peu déçue du sujet quand je me suis rendue compte, au fil des pages, de quoi il retournait. Arrivée au milieu, je m'étais même dit que je ne lirais probablement pas ses livres suivants si c'était dans la continuité de celui-ci. L'histoire de la mère de la narratrice pendant la seconde guerre mondiale m'a semblé digne des plus grandes tragédies grecques avec cette histoire de meurtre et de presque inceste... j'avoue, ça m'a peu parlée.

Et puis, arrivée à la dernière page, et surtout, à la dernière phrase, il me semble qu'il va quand même falloir que je continue ma lecture de cette série!! 

 

Ce qui m'a perdue aussi et qui me semblait assez pénible, c'est de s'y retrouver autour de tous ces liens, père, mère, grand-père, grand-mère, la narratrice parlant de sa mère, qui elle-même parle de sa mère, de son père, du mari de l'autre, du père de la mère, du fils de la fille de la mère, bref... n'ayant jamais osé lire entièrement les commentaires des uns et des autres dans la mesure où je savais que j'allais lire ce roman, je m'en vais me rattraper maintenant et voir si je suis la seule à avoir vécu cette difficulté...

 

Pas entièrement conquise donc à ce stade, mais je n'ai pas d'autre choix que de continuer maintenant, vu que ce roman se terminait sur un suspense insoutenable!

 

 

L'auteur

Née au Japon, Aki Shimazaki vit à Montréal depuis plus de dix ans. Tsubaki est le premier volet de sa pentalogie "Le Poids des secrets", qui comprend également Hamaguri, Tsubame, Wasurenagusa et Hotaru (tous publiés par Leméac/Actes Sud). Elle a remporté le prix Ringuet de l'Académie des lettres du Québec pour Hamaguri et le prix Canada-Japon pour Wasurenagusa.

Partager cet article

Repost0
9 septembre 2010 4 09 /09 /septembre /2010 00:44

dix-mille---kerbaker.gif 

 

 

DIX MILLE

        AUTOBIOGRAPHIE D'UN LIVRE

 

                               traduit de l'italien par Françoise Brun

 

 

Très court livre, 80 pages à tout casser, des phrases courtes et vives, qui disent et vont à l'essentiel.

Mini coup de coeur, et pour cause, il s'agit de l'autobiographie d'un livre!

 

Le concept est vraiment original, j'ai beaucoup aimé l'idée du livre racontant sa vie de livre, comme un animal raconterait sa vie. La comparaison n'est pas anodine car à plusieurs reprises, le roman qui se raconte à la première personne ici m'a fait penser à un animal qui attend désespérément dans son chenil qu'on vienne l'adopter. Je vous jure, il a failli me briser le coeur à plusieurs reprises!

 

Notre livre a eu trois propriétaires et, de nouveau dans une librairie, il attend son prochain acquéreur. Au côté d'autres livres, les réflexions vont bon train (les livres papotent entre eux, figurez-vous), ainsi que les observations des clients de la librairie, et les souvenirs, car notre livre a vu les époques défiler, de celle avant l'apparition de la télévision à celle d'aujourd'hui, avec Internet. Il n'est plus très "in" notre livre, et a du mal à se faire remarquer. Le destin qu'il craint: le recyclage.

 

Tour à tour extrêmement amusant et parfois frôlant la tragédie, ce court récit séduira très certainement les lecteurs, en particulier type LCA, qui comprendront très bien qu'un livre puisse frémir de plaisir à l'idée d'être palpé, désiré, embarqué.

 

Des extraits:

"Pas Steinbeck non plus. Il le repose. Bon retour parmi nous. J'y tiens, moi, à ta compagnie. Toutes ces conversations intéressantes; et puis, un peu le même destin. Passé de mode toi aussi, au fond. Pas autant que moi; ce serait présomptueux de ma part; mais nous avons en commun un petit parfum hors du temps. Il suffit d'observer le comportement des jeunes: à peine s'ils nous regardent."

 

"Elle m'a pris en main un soir, à la fin d'une longue conversation avec son mari. D'abord, elle a lu mon dos. L'émotion d'être regardé, après un si long temps." (j'adore cette image du dos!)

 

"Elle a lu mon titre à voix haute. "C'est comment? a-t-elle demandé. Ça a l'air intéressant."

Panique. Les femmes manquent parfois de psychologie. Une question d'une telle importance. Un soir comme des milliers, sans préparation. La question qui remet en cause toute votre existence. Au hasard.

[...] 

"Oui, oui, c'est intéressant. Que veux-tu, il y a des années que j'ai lu ça. Ils disent presque tous que ce n'est pas un de ses meilleurs; mais à l'époque, il m'avait assez plu." Soupir de soulagement." 

 

Ma question, c'est, de quel livre il s'agit??! De nombreux indices sont semés mais je n'ai pas réussi à l'identifier!

Si je ne l'avais emprunté à la bib', voilà bien un livre que j'aurais volontiers fait voyager, tiens!

 

 

L'auteur

Né en 1960, Andrea Kerbaker est l'auteur de nouvelles, Fotogrammi (1997), et d'un roman, Pater familias (2001). Il vit à Milan.

Partager cet article

Repost0
4 septembre 2010 6 04 /09 /septembre /2010 15:54

boites-de-ma-femme.gif 

 

 

LES BOÎTES DE MA FEMME

 

                         traduit du coréen par Lee Hye-young et Pierrick Micottis

 

 

Un recueil de nouvelles qui aurait aussi bien pu s'intituler "Ma femme évanescente", "Les beaux amants", "On n'avait pas pensé à l'imprévu" ou encore "Yeonmi et Youmi", titres des nouvelles qui le composent et qui dressent le portrait de la société coréenne contemporaine à travers celui de la femme coréenne d'aujourd'hui, des histoires de couples, d'hommes et de femmes de notre temps. J'ai été assez surprise de l'universalité des sentiments, des attentes, des réflexions sur les rapports homme/femme que chaque récit souligne.

On s'y retrouve, s'identifie parfois, et en même temps, il y a indéniablement un souffle venu d'ailleurs, qui embrume ces histoires d'un certain voile coréen qui n'est pas sans rappeler celui japonais.

 

Si je devais résumer en une phrase, je dirais: un regard subtil et perspicace sur les rapports humains, du charme et de la poésie dans l'écriture.

 

A lire ne serait-ce que pour savourer "Les beaux amants", une sorte de traité ou d'étude sur la vie du couple, sa rencontre et sa fin. J'y ai trouvé le style de l'auteure absolument délicieux, original, elle a une façon de raconter les choses avec grâce, sobriété mais avec un magnétisme puissant et absorbant,  et  ses réflexions sont ponctuées de touches d'humour et de dérision inattendues:

 

"[...] en ce sens, on peut dire qu'ils acquièrent, en quelque sorte, la technique même de la restauration virginale de leurs sentiments. Trois chimères surgissent en eux: je suis amoureux (autosuggestion), cette personne est spéciale (fantasme), cette fois, c'est véritablement mon premier amour (naïveté)."

 

Très belle surprise que ces nouvelles coréennes! Si je ne suis pas vraiment rentrée dans les deux premières, les suivantes m'ont indéniablement séduites, surtout par le style de l'auteure qui me semble assez unique.

 

 

L'auteur

Eun Hee-kyung, née en Corée en 1959, publie en 1996 son premier roman, Le cadeau de l’oiseau, prix Munhakdongne de la fiction.
Elle fait paraître ensuite une dizaine de livres et obtient d’autres prix importants venant couronner une reconnaissance critique et un très grand succès populaire.
Les boîtes de ma femme est son premier recueil de nouvelles traduit en français.

Partager cet article

Repost0
17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 00:23

brotchen.gif  

 

 

PARFOIS LES BRÖTCHEN CROQUENT SOUS LA DENT

 

                           traduit de l'allemand par Leïla Pellissier et Frank Sievers

 

 

Voilà un des plus courts romans qu'il m'ait jamais été donné de lire, vraiment très très court, une trentaine de pages environ aux éditions Autrement, un récit léger et croustillant au charme presque désuet, dont la quatrième de couv' m'a tout de suite mise en appétit:


"Lorsque le narrateur de ce court récit tombe sous le charme des irrésistibles pains spéciaux fabriqués par Schwint, le boulanger de la rue dans laquelle il vient d'emménager, s'enclenche un troc sans fin. Car Schwint lui réclame bientôt, en contrepartie, un certain roman érotique chinois, parfaitement superflu mais qui lui est tout aussi indispensable. Et voilà le piège de la gourmandise qui se referme. Mais que ne ferait-on pas pour se procurer un plaisir rare?

Une fable drôle et raffinée... à déguster sans modération."  

 

Cela me semblait être un prétexte à des situations cocasses, à du léger et du divertissant, une belle petite découverte en perspective, et c'est tout à fait ça.

J'ai beaucoup aimé le style de l'auteur, savoureux, imagé, agrémenté d'un humour fin et léger, un vrai régal.

Goûtez donc:

 

"Il faisait des brötchen comme on ne croyait plus jamais en revoir. C'était comme si une espèce disparue avait laissé l'un des siens pour montrer au monde ce qu'il avait perdu." (je trouve ça vraiment joliment dit, je visualise parfaitement!)

 

"Le boulanger salua et les douze clients dans la boutique lui rendirent son salut, et à l'intonation, on comprenait qu'un roi se montrait à son peuple."

 

La fin m'a un peu laissée sur ma faim, comme ces fables dont on ne sait pas trop quoi en tirer, à part un joli moment de lecture, mais ce fut malgré tout un petit en-cas livresque fort agréable.

 

 

L'auteur

Hermann Kant, né en 1926, a publié la plus grande partie de son oeuvre sous le régime de la RDA. Seul avait été traduit en français jusqu'ici son roman le plus célèbre, L'Amphithéâtre.

Partager cet article

Repost0
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 16:24

pendant-qu-il-te-regarde.gif

 

 

PENDANT QU'IL TE REGARDE TU ES LA VIERGE MARIE

 

                                traduit de l'islandais par Catherine Eyjólfsson

 

 

Un titre qui m'avait intriguée quand je l'ai aperçu chez Mélopée et dont le billet m'avait décidée à le noter dans ma LAL. Des nouvelles islandaises, voilà un terrain que je n'avais pas encore exploré, côté Islande je n'avais d'ailleurs comme référence que Hugleikur Dagsson dont l'humour féroce m'avait séduite, et puis d'une manière générale, j'adhère assez aux sélections des éditions Zulma.

Sans compter que la 4è de couv' annonce cocasserie et humour (subtil certes mais humour quand même):

   

"Offrir un bain à l'absente après un concert, donner à manger de la pâtée pour chat à ses enfants reclus, adopter solennellement un ficus ou prendre Dieu pour amant, le quotidien islandais ne manque pas d'insolite cocasserie. Histoires d'amour, de haine, de fantômes, de règlements de comptes, avec les autres ou avec soi-même, se succèdent avec un naturel confondant de justesse et de subtil humour pour dire, entre deux chutes proches du tour de passe-passe, l'envers biscornu des vies ordinaires."

 

 

Ah, comme j'aurais aimé pouvoir écrire très exactement ce petit commentaire, mais non, le mien sera: déception... (bah oui ça arrive...)... et en même temps, je ne suis pas si surprise que ça car c'est très précisément le style de nouvelles auxquelles je n'adhère pas trop, des espèces d'aperçus ou de bouts d'histoires ancrées dans un quotidien ordinaire, comme choisi au hasard d'on-ne-sait-quoi, avec une chute qui vous laisse sur votre faim, limite un peu con...

Je n'y ai par ailleurs pas trouvé d'intérêt majeur, malgré le petit côté décalé prometteur que laissait entendre le titre du recueil, c'est un petit peu décalé et légèrement spécial d'ailleurs, mais bon, ça ne m'a pas retourné, j'ai senti en tout cas que j'étais bizarrement totalement hermétique à ce que je lisais (j'ai d'ailleurs lu en diagonale dès la moitié du recueil) (et "bizarrement", parce que le décalé et le spécial, c'est un de mes univers de prédilection quand même...) (mais bon, admettons que je sois passée à côté...).

Quant à l'humour, j'étais plutôt attentive mais possible qu'il était trop subtil pour moi.

 

 

L'auteur

Gudrun Eva Mínervudottir naît en 1976 à Reykjavík. Elle suit d’abord sa mère, professeur de piano, de village en village à travers le pays, puis réintègre la capitale en 1993 pour entrer au lycée et travailler comme barmaid.
En 1998, paraît le recueil de nouvelles Pendant qu’il te regarde tu es la Vierge Marie, très bien accueilli par la critique. Puis deux romans, Lúlí, ljúlí et Fyrirlestur um hamingjuna (Conférence sur le bonheur), publiés par Bjartur.
Gudrun Eva vit désormais à Reykjavík, où elle se consacre à l’écriture et, à ses moments perdus, aux études de philosophie à l’Université d’Islande.

Partager cet article

Repost0
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 15:21

 le-japon-n-existe-pas.gif

 


COSAS QUE NUNCA OCURRIRÍAN EN TOKIO


( LE JAPON N'EXISTE PAS )

 

                                traduit de l'espagnol par François Gaudry

 

 

Presque un coup de coeur mais surtout une très bonne pioche que ce petit roman espagnol que j'assimilerais peut-être plus à une série de nouvelles habilement intégrées en roman.

L'histoire est celle d'un balayeur d'aéroport bien bavard, qui aborde les passagers en attente de leur vol, ou ses collègues, et leur raconte des anedoctes.

A la différence des nouvelles, il y a un véritable suspense créé pour chaque histoire, interrompue ou reprise plus tard au gré des situations rencontrées par notre conteur ou son public. On s'assimile ainsi totalement aux passagers et j'ai beaucoup aimé cet effet réaliste, bien que parfois l'on soit laissé en plan en plein milieu d'un récit et c'est assez frustrant.

Quant aux histoires, elles sont toutes savoureuses, originales, parfois déroutantes, parfois carrément excellentes, racontées avec un réel talent de conteur. Chacune est empreinte de très belles réflexions, de drôlerie, de situations cocasses, de pertinence, de justesse, de tendresse, de cruauté aussi, j'ai adoré celle du couple, une chute effroyable mais quelle belle histoire!!!

 

 

Des extraits:

"C'est l'amour qui doit unir les couples. L'amour et quelques efforts de part et d'autre. Parce que l'amour seul n'est pas suffisant, même si dans les films ils s'en contentent. Il faut comprendre que dans les films ils ne passent jamais plus de trois heures ensemble, au grand maximum. Trois heures à vivre d'amour et d'eau fraîche, c'est possible. Mais si ça dure plus longtemps on a faim de choses plus solides. J'aimerais les voir quatre mois plus tard, en train de se jeter la vaisselle à la figure au moindre prétexte: "C'est à toi de t'occuper de la machine à laver, je ne vais pas le faire tout le temps... Pourquoi tu rentres si tard? Tu dois voir quelqu'un, c'est sûr..." "

 

"Les mères ont un lien inexplicable avec leurs enfants. Elles savent ce qu'ils pensent avant même qu'ils le pensent. Vous vous rappelez le jour où vous m'avez dit: je suis sûre que ma fille Paquita sort avec ce chevelu qui l'emmène en voiture à l'université? Deux jours après il était chez vous et se goinfrait de vos amuse-gueules après s'être approprié la télécommande. Si ça se trouve, à l'époque elle ne voyait en lui qu'un copain, mais vous, vous deviniez que ça irait plus loin. Vous l'avez su avant le coeur de votre fille!"

 

 

Et le Japon dans tout ça? Une de mes histoires préférées, une théorie farfelue mais à mourir de rire, j'en avais les larmes aux yeux.

Extrait:

"Ça vous étonne ce que je dis? Réflechissez un peu. Vous ne trouvez pas que c'est un pays où tout est fait pour décourager le tourisme? J'imagine ceux qui l'ont inventé...

- D'abord, un sport national...

- Deux obèses en string qui se frappent en se poussant, ce serait drôle, non?

- Et la nourriture, qu'est-ce qu'on pourrait trouver de pire?

- Du poisson cru, ça paraît répugnant...

- Oui... et avec des baguettes, ha! ha!, pour qu'ils n'arrivent pas à le saisir...

- En plus ils vont s'asseoir par terre et se bousiller les reins...

- Et la langue?

- Quasi impossible à apprendre...

- Avec deux alphabets... ha! ha!

- Non, non, trois...

Imaginez la rigolade...

 

 

Quant à la chute du livre, excellente aussi, mais je n'en dirai pas plus. On s'attache en tout cas à ce balayeur! J'ai beaucoup aimé le fait que ce rôle de conteur soit confié à un balayeur ordinaire. Un peu à la façon de la concierge de L'élégance du hérisson, ça élève, l'espace d'une lecture peut-être, le rôle social de ces personnes souvent peu considérées.

 

 

L'auteur

Alberto Torres-Blandina vit à Valence. Il est musicien, chanteur-compositeur et enseigne l'espagnol.

 

J'espère qu'il planche sur un prochain roman!!

 

Partager cet article

Repost0
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 12:56

Miura-JeVeuxDevenirMoineZen.jpg

 

 

JE VEUX DEVENIR MOINE ZEN !

 

                               traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu

 

 

Quatrième de couv':

"Lorsque votre fils âgé de huit ans, un enfant comme les autres, dissipé à l'école et turbulent à la maison, gavé de hamburgers et de séries télévisées, vous annonce qu'il veut devenir moine zen, comment ne pas tomber des nues? Pourtant, ce ne sont pas des paroles en l'air et Ryôta laissera derrière lui sa maison, sa famille et jusqu'à son propre nom pour accomplir sa vocation.

Un livre comme un kôan zen: d'une simplicité désarmante, il raconte avec une allégresse et un humour dévastateurs comment la décision d'un petit garçon va bousculer toutes les certitudes de ses parents, changer leur rapport au monde et les éveiller malgré eux à des vérités qu'ils n'avaient jamais soupçonnées.

 

Ce roman largement autobiographique a obtenu en 1988 au Japon le prestigieux prix Akutagawa."

 

 

Un court roman qui m'avait été recommandé récemment par un ami, je ne sais plus pour quelle raison, mais qui m'avait donné envie à tel point que je me suis précipitée dessus la semaine dernière, d'autant plus que la 4è de couv' précise "humour dévastateur". Si je mentionne tout ça c'est que je l'ai lu avec l'idée que j'allais vivre un superbe moment de lecture et qu'en réalité, je ressors de là un peu "vide", à me demander ce que m'a apporté cette lecture... et surtout à quel sujet déjà je m'étais dit qu'il fallait ab-so-lu-ment que je le lise (bon, je redemanderai...).

 

La lecture n'est pas désagréable mais "humour dévastateur" me semble exagéré. Il y a quelques passages qui prêtent à sourire, le personnage de l'abbesse est excellent et plutôt amusant, ses réflexions, son attitude, sa personnalité en font un personnage détonnant et inattendu, à la limite, ce roman vaut le détour juste pour sa présence, car en dehors de ça, je n'ai pas vraiment été secoué par ce récit, ni par sa dimension spirituelle. En fait je crois que je m'attendais à comprendre les motivations du fils, à y suivre davantage les événements de son point de vue et non de ceux du père.

 

L'intérêt pour moi réside tout de même dans le fait que ce roman est a priori autobiographique, et comme tout ce qui est du domaine du vécu, ça prend une dimension autre, il y a quelque chose de forcément "touchant". La confrontation tradition, religion et modernité était aussi plutôt intéressante, l'aperçu de cet univers monacal également, ses rites, le concept du zazen, les conflits intérieurs du père, l'évolution du fils, de son entourage, non, en réalité tout cela est parfaitement bien relaté, mais bon, je n'ai peut-être pas su appréhender ce livre correctement, ou je n'étais tout simplement pas en phase à ce moment-là...

 

Partager cet article

Repost0
22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 22:41



LAS PIADOSAS

( LA VILLA DES MYSTÈRES )

                      traduit de l'espagnol (Argentine) par Claude Bleton

En quelques mots:
Été 1816 aux abords du lac Léman. La villa Diodati accueille des personnages assez inattendus dans le cadre d'un roman, et pour cause, il s'agit des illustres (et moins illustres): Lord Byron, Percy et Mary Shelley, Claire Clairmont et John William Polidori. Ce dernier, secrétaire de Lord Byron, est rongé par l'ambition littéraire et l'envie de surpasser son maître. Une lettre, suivie de quelques autres, provenant d'une certaine Annette Legrand, va changer le cours de son existence de manière tout à fait imprévisible.

Roman absolument étonnant, La villa des mystères est un récit hautement original, baigné d'une douce ironie, oscillant entre fantastique et érotique (âmes sensibles s'abstenir, c'est particulièrement cru et assez déconcertant mais sans vulgarité - très sensuel, disons), qui soulève des réflexions sur le thème de la paternité littéraire.

Très inspiré ici, l'auteur, Federico Andahazi, fait de la villa Diodati - qui, au passage, a réellement reçu nos protagonistes lors de l'été 1816, et vu naître les prémisses du célèbre roman de Mary Shelley - le théâtre d'événements faisant écho aux romans gothiques, et élabore une théorie personnelle et audacieuse sur la genèse des romans sur les vampires et du Frankenstein de Mary Shelley. Sur ce dernier point, j'ai un doute par rapport à ce qu'il faut comprendre... Qu'elle était un homme?

Style savoureux, roman superbement écrit (et/ou traduit), l'auteur retranscrit avec un réalisme saisissant les événements de ce récit, on s'identifie à des situations sans les avoir forcément vécues, on se délecte de chaque phrase, les lettres d'Annette Legrand m'ont particulièrement enchantée (malgré les quelques images parfois peu ragoûtantes qu'elle évoque tout le long). J'ai beaucoup aimé aussi le portrait du docteur Polidori, être aigri, envieux, orgueilleux, jaloux, formidablement bien dépeint par l'auteur.

La Villa des mystères est un roman qui porte bien son nom. Tout le long, on se pose des questions sur ce qui se passe, et surtout, sur la façon dont va se dénouer l'histoire. On croit savoir mais...
J'ai adoré la fin qui m'a arraché un grand sourire, genre, trop fort cet auteur!

Roman court mais fascinant, bien que j'ai été quelque peu dubitative au début, notamment lors de l'entrée en scène d'Annette Legrand qui m'avait paru alors trop convenue, un peu facile... mais c'était sans savoir ce qui allait suivre...

A noter que ce livre existe en version poche dans la collection Folio SF, ce qui m'a grandement étonnée car je ne catégoriserais pas ce livre SF du tout... fantastique oui, sûrement... au même titre que Frankenstein, par exemple.


Repéré sur le blog de Nico (un grand merci pour en avoir parlé, ce livre est une très belle découverte que je digère encore et qui donne envie de se plonger dans les autres oeuvres de l'auteur).


L'auteur
Federico Andahazi est né en 1963 à Buenos Aires où il exerce aujourd'hui le métier de psychiatre parallèlement à sa carrière d'écrivain. La Villa des mystères est son deuxième roman.

Partager cet article

Repost0
26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 13:45



QUESTION DE L'ÊTRE ET BEAUTÉ FÉMININE


Ouvrage dans lequel je me suis lancée à mes risques et périls, le titre et le thème ne me parlant pas, côté philosophie je ne comprends que La philosophie pour les nuls, ou tout au mieux, Le monde de Sophie de Jostein Gaarder, et  j'ai encore un souvenir cauchemardesque de Narcisse et Goldmund d'Herman Hesse. Quant à la question de l'être et la beauté féminine du point de vue de l'homme soupirant, soupirs...

Je commence donc le livre tremblotante, malgré une certaine curiosité et l'espoir d'un coup de massue sur mes appréhensions. Ça commence ni bien ni mal, ça commence, miracle, je comprends à peu près ce que je lis, et je poursuis, sans rebut à mon grand étonnement mais sans passion non plus. Les considérations sur la femme étant très masculines (ne pas comprendre machistes ou vulgaires, au contraire, le personnage du récit est (trop) plein d'admiration pour la femme et de poésie -> encore le truc qui me donne des boutons), je n'adhère pas vraiment à ce qui y est dit, je me sens en observateur assez indifférent...

... jusqu'à ce que j'arrive à un passage, celui de la rencontre entre Aldo et Flora, où les dialogues prennent une tournure absurde et décalée et je pars dans un grand éclat de rire. Le récit se poursuit sur le même ton et je me rends compte qu'il faut prendre cette enveloppe de sérieux au second, voire au dixième degré. Les passages de l'Encyclopédie du bas-monde à l'usage des extra-terrestres m'ont énormément amusée tellement ils étaient délirants.

Un extrait:
"Maintenant une question subsiste, me direz-vous: pourquoi les femmes ont-elles précisément deux seins, et non un seul? La seule réponse qui me vient à l'esprit est que, sans cela, tous les hommes seraient atteints de strabisme convergent et donc très mauvais à la chasse - compromettant alors la survie de l'espèce toute entière."

En conclusion, je n'ai rien compris, comme je m'y attendais, sur la question de l'être et la beauté féminine, en dehors de ces passages destinés aux aliens, qui semblent pourtant aussi liés au sujet que la mayonnaise au tiramisu.... Je dois être un extra-terrestre.


Cet ouvrage se poursuit par de courts textes réunis dans un recueil intitulé "Comment errez-vous?", qui s'assimilent à des élucubrations de l'auteur sur des sujets qui m'ont souvent échappé. J'avoue avoir survolé les derniers car j'ai du mal avec ce genre d'exercices, en revanche, le changement total de registre dans le premier texte de ce recueil, "L'un l'autre", m'a complètement déroutée et emballée tellement je ne m'y attendais pas. L'auteur y dévoile une autre facette de son écriture qui est celle du délire à l'état brut, autour de l'histoire d'un prophète futuriste désigné par Dieu, le style et le propos sont loin de la poésie à laquelle il nous avait habitués dans sa nouvelle précédente, et cette petite surprise m'a beaucoup plu.


Au final, découverte d'un auteur sans conteste original et plein de talent pour l'écriture mais dont le registre et les thèmes ne me correspondent pas totalement, et sont surtout un poil trop raffinés et subtils pour ma petite tête.


L'auteur
Normalien, Jérémy Nabati enseigne la philosophie au lycée. Question de l'être et beauté féminine est son premier roman.



Des avis divers et variés chez BOB !

Merci aux éditions Aux Forges de Vulcain pour cette lecture qui change de mes habitudes. J'aurai tenté.

Partager cet article

Repost0

LECTURES EN COURS

                    ooops.jpg 

Recherche

ET POURQUOI PAS ?

 Lubie littérature grecque  Challenge Contes

 challenge-iles.jpg  Lire-sous-la-contrainte.jpg

Le Grenier