Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 janvier 2009 4 15 /01 /janvier /2009 11:36



Il y a peu, Catherine proposait un défi pour 2009, ayant pour thème la "Littérature policière sur les 5 continents".

La tentation d'y participer fut grande...

... sauf que voilà, héhé, je m'étais déjà embarquée pour le challenge "Lire autour du Monde", et le défi "Blog-o-trésors", et j'ai beau aimé explorer, explorer et encore explorer, tous les genres, tous les continents, la littérature policière c'est moins mon thème de prédilection, et en plus, je ne me voyais pas passer l'année à relever des défis littéraires (même si tous sont largement raisonnables en terme de quantité de livres à lire sur l'année)....

... sauf que voilà, héhé, le petit germe de la tentation avait commencé à pousser dans ma 'tite tête et à prendre un espace tel que je commençais à regretter de ne pas m'être embarquée dans l'aventure...

... sauf que voilà, janvier 2009, Catherine débarque en laissant entendre qu'on peut encore s'inscrire...

... sauf que voilà, encore toute tourneboulée par la méga-big-liste blog-o-trésoresque, je ne me voyais pas me repencher sur des listes de thrillers et policiers de tout pays pour faire mon choix (surtout que m'y connaissant peu et étant très très difficile, et même particulièrement exigeante en matière de polar, où il me faut du bluffant, du palpitant, une intrigue de génie, etc, je ne voulais pas prendre n'importe quel polar au hasard (faut se faire le moins de mal possible dans ces défis moi je dis )...

... sauf que voilà, Catherine, qui ne lâche pas l'affaire , m'aiguille vers le blog dédié à ce défi en m'orientant plus spécifiquement vers des connaisseurs inscrits sur ce blog qui pourraient peut-être m'éclairer...

... et alors, voilà, après avoir fouiné quelques minutes sur divers blogs et le net en général, puis enquêté un minimum auprès de blogueurs experts en polar, je me suis non seulement retrouvée avec une LAL qui s'est allongée de plusieurs centimètres (super, on n'est qu'en janvier...) mais décidée également à participer à ce défi!


Voici donc ma liste pour ce challenge - TA-DAM!

EUROPE, direction le Royaume-Uni (après négociation avec Catherine ) avec:



The No.1 Ladies' Detective Agency (Mma Ramotswe détective) d'Alexander McCall Smith, roman que j'ai failli choisir pour le continent africain vu que l'auteur est né et a grandi au Zimbabwe et que l'intrigue se déroule au Botswana, mais comme j'ai finalement trouvé un autre roman qui me tentait bien pour représenter l'Afrique et que je n'avais pas envie de m'orienter vers un autre roman européen...
J'avais pourtant failli partir sur l'un de ces auteurs de polars nordiques (genre Henning Mankell, Jo Nesbo, Arnaldur Indridason, etc...), mais je ne sais pas, je ne me sens pas à les lire cette année, par contre je suis très très motivée par cette Mma Ramotswe! :)


AMERIQUE, direction les Etats-Unis avec:



In the Company of Liars (La comédie des menteurs) de David Ellis
Bon, je n'ai pas fait dans l'originalité pour le pays, mais pour les polars, quand je me décide à en lire un, je privilégie quand même beaucoup plus l'intrigue que le pays, et ce livre, repéré chez Hannibal le lecteur, me semble très prometteur et j'ai bien envie de le découvrir!


OCEANIE, direction l'Australie avec:



A Child's Book of True Crime (Un vrai crime pour livre d'enfant) de Chloe Hooper
Bon, là je trichotte ruse un peu parce que je crois que ce n'est pas un polar à 100% mais plutôt un mélange de genres entre "roman policier, roman d'apprentissage, roman historique et conte (cruel) pour enfants" par une jeune auteure australienne (29 ans à la parution du livre en 2002).
J'ai passé pas mal de temps sur les polars australiens mais aucun ne m'emballait vraiment (rapport à l'intrigue) donc je me suis rabattue sur ce roman qui est dans ma LAL depuis 5 ans par là quand j'ai vu qu'on en parlait quand même comme roman policier (ouf! lol).


AFRIQUE, direction le Togo avec:



Lisahohé de Théo Ananissoh dans la collection Continents noirs de Gallimard, un titre que j'avais noté dans ma LAL l'année dernière alors que je partais à la découverte de romans africains, et qui tombe bien pour ce défi puisqu'il y est question de meurtre et d'enquête!


ASIE, direction le Japon avec:




Out de Kirino Natsuo
Un titre noté l'année dernière aussi après en avoir lu un commentaire très alléchant, et qu'il me tarde de découvrir!


Voilà! Je suis assez surexcitée finalement par ce défi car c'est une bonne opportunité pour s'ouvrir à la littérature policière (qui est si large!). Je n'en reviens pas déjà de tous ces titres rajoutés à ma LAL en glanant chez les uns et les autres, et je suis par ailleurs très satisfaite de ma sélection!


Bon, ceci dit, je ne sais pas si je vais me dépêtrer de tous ces défis. Je vais peut-être finir par les empiler comme des livres, et mettre mes DAL à côté de mes PAL et LAL! 


UPDATE 16/03/09
Jamais un sans deux : ma deuxième liste de sélection pour ce challenge!

UPDATE 23/04/09
Défi relevé haut la main pour le premier tour!

UPDATE 30/12/09
Embarquement pour un troisième tour du monde en polar !

Repost 0
Published by A_girl_from_earth - dans CHALLENGES ET LUBIES
commenter cet article
14 janvier 2009 3 14 /01 /janvier /2009 16:39



EN EL NOMBRE DEL CERDO


Ce roman, je me le suis acheté dès sa sortie, tellement j'avais été enthousiasmée par le premier roman de son auteur, Lo mejor que le puede pasar a un cruasán (Ce qui peut arriver de mieux à un croissant), où Pablo Tusset avait fait preuve d'un humour que j'avais trouvé ir-ré-sis-tible!

Et puis le temps a passé et ce n'est que maintenant que je m'y suis attelée, prise d'une grande motivation pour la relecture de romans en espagnol (et quand ça fait 5 ans qu'on ne s'y est pas mis, la reprise est rude, à s'en mordre les doigts de ne pas avoir entretenu son espagnol durant ces années! J'ai même dû aller me racheter un dico bilingue et me replonger dans l'étude de la grammaire espagnole et revoir la conjugaison de ces #*%**# de verbes irréguliers!).
Mais quel plaisir, quel plaisir quand tant d'efforts sont récompensés et qu'au bout de quelques 100 pages j'arrivais à me passer du dico! Pfiou!

Bon, mais ce livre, ça parle de quoi? C'est bien? (parce qu'on s'en fout d'ta vie, qu'on m'glisse dans l'oreillette)
Ben voilà, le truc c'est que j'ai l'impression de l'avoir lu surtout pour rafraîchir mon espagnol et réapprendre du vocabulaire (d'où mon blabla de départ), et du coup je n'ai pas le sentiment d'être très objective par rapport au contenu du roman, ni de l'avoir apprécié pour son histoire...

Je m'explique: ce livre se présente d'emblée comme un roman noir, un meurtre horrible a été commis dans un abattoir, dans une petite bourgade en Espagne, arrive la police...
 
Enquête policière donc? Oui, mais non, disons pas seulement, et même pas du tout, enfin quasiment pas, presque quoi, mais pas tout à fait... Euh... C'est qu'interviennent d'autres éléments qui font basculer ce roman dans une autre dimension. L'auteur est plus contemplatif, plus dans la réflexion, plus philosophique même, bref, vous voyez le tableau, et du coup on est beaucoup dans l'introspection, voire la méditation, il y a beaucoup de descriptions de paysages, de lieux, de dialogues sans rapport avec l'intrigue policière en elle-même, ce qui peut donner une impression de loooongueurs injustifiées, voire pénibles.

Sauf que pour moi, c'était parfait pour l'acquisition de vocabulaire espagnol et la révision de diverses tournures syntaxiques. Je pense que si j'avais lu principalement ce roman pour le plaisir de l'histoire, ça aurait pu m'exaspérer, je l'aurais lu en français, j'aurais soufflé par moments je pense, mais en espagnol, ça ne m'a pas trop dérangée (jusqu'à la moitié du roman du moins ) car ça me rendait service mine de rien...

Dommage que ce ne soit pas aussi drôle et loufoque que son premier roman cela dit, cependant il y a d'autres aspects de ce livre qui m'ont beaucoup parlé et que j'ai aimé, notamment tous les chapitres consacrés à New York, où se trouve l'un des protagonistes. Ayant découvert New York l'année dernière et eu un quasi coup de coeur pour Manhattan, c'est vraiment avec grand plaisir que j'ai partagé ses émotions et ses réflexions liées à la découverte de cette ville, je me suis vraiment identifiée à ses impressions, et c'est particulièrement intéressant d'avoir le regard d'un espagnol sur New York.

Il me semble qu'ici, Pablo Tusset a voulu explorer ou faire découvrir autre chose de sa plume que ce côté délire, déjanté qui l'avait caractérisé dans son premier livre - ici ressort en effet un aspect plus sérieux, plus érudit, moins clownesque, plus tendre et sentimental aussi, que je ne lui connaissais pas, comme s'il avait écrit ce roman en pleine crise existencielle.

Pure spéculation de ma part, en tout cas, ce roman est bien un polar, mais différent des autres. On y parle de beaucoup de choses sauf de l'enquête, c'est assez délirant quand j'y pense bien. L'auteur s'attache à nous parler de la vie privée du commissaire, de celle de son quasi fils adoptif, d'une foule d'autres personnages, et l'enquête suit son cours en coulisse, comme entre parenthèses, sans que l'on puisse vraiment y participer, comme si les tenants et les aboutissants de cette affaire importaient peu.

L'auteur se sert d'ailleurs d'un de ses personnages écrivain pour justifier cette lubie, ce dernier souhaitant également écrire un roman policier en s'attachant plus à l'aspect humain des policiers, leur vie privée, le fait qu'ils fassent des courses comme tout le monde, qu'ils soient sujets aux rhumes, qu'ils aient une vie sentimentale etc, plutôt qu'à leur fonction. C'est exactement ça ici en réalité et j'ai trouvé ça plutôt intéressant et bien mené comme concept...

... sauf que comme on nous a titillé avec un mystère au début, au bout d'un moment, on se lasse un peu de ne pas avancer dans l'enquête. Vers les 2/3 du livre je commençais à lire en diagonal (dès qu'on bascule dans la partie "Enfer" en fait), et j'ai eu beaucoup d'espoirs déçus par rapport aux retournements de situations (notamment un en particulier mais je n'en dirai pas plus ) et la conclusion de l'enquête m'a laissée perplexe et peu satisfaite tellement elle était brusque. Roman très noir, vraiment... je digère encore...


Il ne me semble pas que ce roman ait été traduit en français (encore), mais ce n'est pas celui que je recommanderais pour découvrir Pablo Tusset... C'est vraiment pour son côté déjanté que je l'apprécie, et ça m'a beaucoup manqué dans ce roman, même si j'ai eu droit à quelques éclats de rire (mais si peu...).

Repost 0
Published by A_girl_from_earth - dans THRILLERS - POLICIERS
commenter cet article
11 janvier 2009 7 11 /01 /janvier /2009 15:34
Repost 0
Published by A_girl_from_earth
commenter cet article
11 janvier 2009 7 11 /01 /janvier /2009 15:31



LE VOL DE L'IBIS ROUGE

 

Il y a des titres comme ça, tel "Le vol de l'ibis rouge", qui ne vous attire pas plus que ça... et puis, vous ne savez pas pourquoi, vous vous saisissez quand même du livre, comme ça, parce que ça ne mange pas de pain, parce que le livre n'est pas très épais, parce que le nom de l'auteur vous évoque exotisme, voyage, découverte culturelle...

 

Un coup d'oeil sur la 4è de couv'...

"traduit du brésilien par Leonor Baldaque"

 

Brésil...

 

Ca tombe bien, vos connaissances sur la littérature brésilienne contemporaire sont pauvres, voire inexistantes, en même temps, vous n'êtes pas prêts à vous lancer dans n'importe qui (ni n'importe quoi), un échec cuisant avec un auteur brésilien encensé par la critique vous a rendu méfiant, les romans brésiliens, c'est peut-être pas pour vous...

 

Et pourtant... et pourtant... les premiers mots de la quatrième de couv' vous parlent tout de suite:


"Une prostituée atteinte du sida et un jeune manœuvre analphabète qui transporte un coffre plein de livres se rencontrent par hasard. Il a besoin que quelqu'un l'écoute et lui apprenne à lire. Elle a besoin d'exister pour quelqu'un qui la désire avec sincérité."

 

Voilà un thème inhabituel, me suis-je dit alors, et qui s'annonce bouleversant (limite j'avais déjà la larme à l'oeil...). Voyons ce que dit la suite:


"Anonymes et invisibles, ils joignent leurs misères et s'évadent dans un autre monde où l'imagination change la réalité et rend la vie un peu plus supportable.

Maria Valéria Rezende construit une narration à la fois simple et raffinée, mêlant éléments de la culture populaire brésilienne et de la culture érudite, les Mille et une nuits ou le Quichotte, dans un style musical et travaillé jusqu'à atteindre une extrême limpidité." 

 

Aaah? Voilà qui pourrait vraiment me plaire!

 

J'embarque donc le livre, m'y plonge et wooouuuf! Me v'là embarquée pour une nuit blanche, je ne trouve pas les mots pour rendre justice à ce récit qui est tout simplement... wouf!..., la quatrième de couv' en est un descriptif parfait!

 

Que pourrais-je rajouter d'autres à part que c'est une magnifique histoire d'amour atypique, racontée avec tellement de noblesse d'esprit, de poésie, de pudeur, que toute la misère humaine à laquelle on est confronté ici en est sublimée.

 

C'est une sorte de Mille et Une Nuits à la sauce brésilienne, où les miséreux sont les héros de leurs récits, et où l'amour n'est pas que le privilège des princes et princesses (c'est vrai quoi, faut arrêter avec ça lol).

Je parlais de "larme à l'oeil" plus haut, et de "miséreux" à l'instant, mais pour peu que la situation de nos protagonistes soit terriblement triste (une prostituée atteinte du sida et un manoeuvre analphabète... essayons de faire pire...), l'auteure ne pratique pas de voyeurisme inutile malgré le fait qu'elle fasse état d'une réalité sociale indéniable. Elle met en avant non pas des miséreux mais des êtres humains avant tout, et le ton n'est pas employé à apitoyer le lecteur sur le sort des mal lotis mais bien à célébrer la vie, l'amour, la culture.

 

Voici un livre qui m'a permis, entre autres, d'avoir un petit aperçu des légendes populaires brésiliennes et d'avoir un bon résumé et une bonne analyse de Don Quichotte, et ce, sans l'avoir lu. C'est cool parce que je crois que je n'arriverai jamais à le mettre en haut de ma PAL un jour .

 

 

Egalement commenté par Chiffonnette (et même catégorisé Coup de coeur!), et Yohan.

 

 

L'auteur
Maria Valéria REZENDE est née au Brésil, elle est entrée en 1965 dans la Congrégation des sœurs augustines et s'est dès lors consacrée à l'Éducation populaire, d'abord dans la périphérie de Sao Paulo et, à partir de 1972, dans le Nordeste. Elle n'a jamais cessé de lutter contre les injustices et la pauvreté. Cet étonnant premier roman a été unanimement salué par la critique brésilienne.

 

Repost 0
Published by A_girl_from_earth - dans ROMANS DIVERS
commenter cet article
10 janvier 2009 6 10 /01 /janvier /2009 22:19



Ourf! (petite montée d'adrénaline)
Il y a quelques semaines, je m'embarquais en rigolant dans un deuxième défi de lecture, le "blog-o-trésors", organisé par Grominou, j'attendais zen-ement que la compilation des sélections des participants voit le jour en début d'année, et quand la méga-big-liste de livres a fait son apparition, ourf! (sensation de coup de poing dans l'estomac)

785 titres!!!
785 titres parmi lesquels il faut en choisir 4 à lire dans l'année!!!

Inutile de préciser que la tâche ne fut pas aisée... Je me suis d'ailleurs précieusement gardée la méga-big-liste de trésors livresques, ceci car j'ai repéré bien des titres intéressants sur lesquels j'aimerais revenir et qui acquerront certainement le statut de PAL un jour!


En attendant, voici les 4 livres sélectionnés pour ce défi, après maints filtrages sur Excel et de longues réflexions tactiques:




Le Comte de Monte-Cristo d'Alexandre Dumas

Ouioui je sais, c'est pas très stratégique, ça paraît mal parti comme ça , mais c'est un des quelques grands classiques français que je n'ai pas lus, d'ailleurs il me semble n'avoir rien lu d'Alexandre Dumas, et ce titre faisait parti de ceux que je comptais lire un jour ou l'autre, alors je voulais profiter de ce défi pour m'inciter à le lire cette année!
(je me souhaite bon courage mmphr!)




Q & A de Vikas Swarup (Les fabuleuses aventures d'un Indien malchanceux qui devient milliardaire)

C'est un roman qui m'avait beaucoup tentée à l'époque de sa sortie, puis le temps passant, l'envie de le lire m'a passée, et là, je viens d'apprendre que son adaptation sur grand écran va sortir très très prochainement, sous le titre "Slumdog Millionnaire". C'est une interview du réalisateur, Danny Boyle, à ce sujet qui m'a beaucoup intriguée et qui m'a redonnée envie de lire ce roman.
Ca tombe trop bien qu'il soit dans la méga-big-liste!!!
Il faut d'ailleurs que je m'y mette assez rapidement, je compte bien aller voir ce film mais pas avant d'avoir lu ce livre!




Chroniques abyssiniennes de Moses Isegawa

Inconnu au bataillon mais après enquête et survol de quelques critiques, je dois dire que je suis très intriguée par cet auteur et particulièrement motivée par la découverte de ce roman!




Malpertuis de Jean Ray

Jean Ray, c'est un écrivain belge dont un ami m'avait recommandé les romans il y a plusieurs années, à l'époque où j'étais dans une période fantastique/fantasy/SF. Encore une bonne occaze de sauter le pas et de partir enfin à la découverte d'un auteur que je comptais lire par curiosité un jour.


Arf, rien de ceux-là dans ma PAL - m'est d'avis que cette année, je m'abstiendrai côté cueillettes...


EDIT 18/06/2009
Un joker utilisé -> rectification de ma liste...

Repost 0
Published by A_girl_from_earth - dans CHALLENGES ET LUBIES
commenter cet article
4 janvier 2009 7 04 /01 /janvier /2009 17:36
Repost 0
Published by A_girl_from_earth
commenter cet article
4 janvier 2009 7 04 /01 /janvier /2009 17:33



L'ULTIME QUESTION


Quatrième de couv':
"Un jeune homme accusé de meurtres s’est prétendu originaire du futur où ses victimes vivaient bel et bien. Il aurait commis ses crimes pour prouver l’existence de mondes multiples. La presse demande alors à Sebastian, jeune physicien de renom, d’expliquer cette théorie à ses lecteurs. Il s’affranchit de cette tâche sans prendre position.
Pour son ami Oskar, chercheur en physique fondamentale, cette “compromission” est inacceptable. Il défie Sebastian, et lui propose un débat télévisé sur des questions cruciales : Qu’est-ce que la réalité ? Est-elle unique ? Existe-t-elle en dehors de notre perception ?
Quelques jours plus tard, un homme meurt et un enfant est enlevé. Les notions qui préoccupaient les deux hommes changent alors de signification.
Le commissaire Schilf se fraye un chemin à travers la jungle des indices présents ici-bas, dans le seul monde réel qu’il nous soit permis de connaître.

Mêlant métaphysique et physique quantique à la question de notre rapport au réel et au virtuel, le nouveau roman de Juli Zeh offre, de la première à la dernière ligne, suspense, intelligence et plaisir littéraire."



L'auteur
Née le 30 juin 1974 à Bonn, Juli Zeh a d’abord suivi des études de droit international.
Son premier roman, L’Aigle et l’Ange (Belfond, 2004) rencontre immédiatement un grand succès international. La Fille sans qualités (Actes Sud, 2007), traduit dans 13 pays, a été adapté au théâtre de Hambourg. Son plus récent roman, Schilf, publié en 2007, a connu un grand succès en Allemagne, et est en cours de traduction dans une quinzaine de pays. Il a également fait l’objet d’une adaptation scénique, jouée à Munich, en 2008. A ce jour, Juli Zeh compte sept ouvrages à son actif. Elle écrit régulièrement pour les plus importants journaux de langue allemande. Son œuvre d’essayiste et de romancière a été récompensée par une dizaine de prix et distinctions. En 2008, elle se consacre à une thèse en droit international.



Complètement bluffée par ce roman et cette auteure à l'intelligence vive, découverte complètement par hasard au détour d'une bib' (encore une fois ). Une quatrième de couv' très intrigante, un thème qui me parle, hop, adjugé, embarqué! Et quelle bonne pioche!

Voici un thriller psychologique d'une grande finesse et d'une subtilité rare et vivifiante. Un récit inattendu qui frise la quasi-perfection dans la narration et dans l'art d'un suspense au profil inhabituel.

 

Le thème oscille entre physique et philosophie en abordant la question du temps d'un point de vue philosophique, celle de la réalité, du sens de la vie, et autres questionnements existentiels qui se greffent à bien d'autres réflexions, notamment celles concernant la notion de justice.

 

Ce qui m'a frappée dès les premières lignes, c'est qu'on a l'impression que l'auteure prend son temps pour raconter les événements, mettre en place chaque détail de l'histoire, planter un décor – impression de détails superflus mais ces derniers ancrent le récit dans une réalité palpable et confèrent aux personnages une épaisseur psychologique très appréciable.

 

Ces détails n'ont d'ailleurs de superflu que l'apparence, car au-delà de la création d'une atmosphère et d'une ambiance d'un réalisme troublant, ils ont véritablement leur place dans ce récit et ne sont pas à sous-estimer... mais n'en disons pas plus! 

 

Enfin si, un dernier mot à propos de ces détails en citant un passage de ce roman qui m'a fait sourire car c'est comme si l'auteure, par le biais d'un de ses personnages, se moquait et justifiait sa propre manie du détail:

 

"Après deux ou trois phrases cohérentes (dimanche soir, l'aire de repos, le cachet contre le mal des transports), il commence à se perdre dans les détails. Il parle pêle-mêle de chauffeurs routiers hilares, de fourmis transportant des cadavres de chenilles, de chasseurs de papillons et d'une typologie élargie de l'attente. Les paroles s'enchaînent à merveille, il arrive à tout dire, tous ces détails sans importance qui, mis bout à bout, finissent par dérouler une histoire."

 

 

Un thriller psychologique bluffant donc je disais plus haut, étonnant, détonant!, surprenant de bout en bout, et pourtant, qui se déroule à l'allure d'une balade tranquille, sans précipitation, sans générer vraiment de palpitations, mais qui tient tout de même en haleine, quelle prouesse!

 

La fin, j'entends par là l'explication de ce petit détail qui est en fait tout le pilier de l'affaire, m'a sciée! Je me suis même écriée "Ooh nooon! Aaah les boules!!", tellement ça m'a retournée (et je ne m'écrie jamais en lisant normalement...).

 

Excellent aussi tous les chapitres concernant la commissaire principale, Rita Skura! Dès l'instant où elle entre en scène, on bascule dans un autre registre qui révèle l'humour franchement désopilant de l'auteure – inattendu car jusqu'alors, on était plutôt dans une ambiance grave et sérieuse, due entre autres aux discussions quelque peu prise de tête de nos protagonistes sur la physique.

J'ai adoré aussi le personnage du commissaire Schilf! A noter d'ailleurs que le titre original est Schilf, du nom de ce commissaire donc.

 

Bref, un très très bon moment de lecture que je recommande vraiment, une découverte heureuse d'une auteure allemande dont je vais me procurer les autres romans, notamment La fille sans qualités dont le titre m'intrigue et qui a reçu le prix Cévennes du meilleur roman européen (2008).

Repost 0
Published by A_girl_from_earth - dans THRILLERS - POLICIERS
commenter cet article
3 janvier 2009 6 03 /01 /janvier /2009 17:32
Repost 0
Published by A_girl_from_earth
commenter cet article
3 janvier 2009 6 03 /01 /janvier /2009 17:29




LES CONTES DE CRIMES

Présentation de l'éditeur:
"Et si Peter Pan se cachait derrière Jack l'Eventreur ? Voilà l'une des ténébreuses hypothèses de Pierre Dubois.
Imprégné des personnages des frères Grimm ou de Charles Perrault, il se livre ici à une réécriture un tantinet diabolique des contes ayant bercé notre enfance. Machiavélique, le mariage improbable des contes de fées avec le roman policier produit des monstruosités, des vengeances fatales de personnages depuis toujours persécutés : Cendrillon, lolita victime d'un prince héritier, la Belle au bois dormant, otage pathétique d'un époux déséquilibré.
Inspirant la mise en scène macabre d'un tueur en série qui opère au cyanure, Blanche-Neige pose une énigme à C. Marmaduke Perthwee, fantasque détective des fées qui sait faire parler les nains de jardin, troublante signature du meurtrier.

Rondement troussés par l'elficologue Pierre Dubois, Les Contes de crimes exhalent la musique envoûtante de ce familier du " Merveilleux Voisinage ". Noirs à souhait, ils font aussi entendre un humour sardonique qui fait frissonner."



L'auteur
Pierre Dubois est né en 1945 dans les Ardennes.
C'est au cœur de cette forêt légendaire que, très tôt, il aurait rencontré pour la première fois l'Esprit des lieux et foulé l'herbe enchantée. Depuis il n'a cessé de côtoyer lutins, fées et elfes. Scénariste de films et de bandes dessinées, il anime régulièrement des émissions sur France 3 Rennes. 


 

Comme le titre l'indique avec subtilité , l'auteur nous offre le plaisir ici de découvrir certains contes de Grimm, revisités avec une bonne dose de crimes, d'enquêtes et d'humour noir, qui font de ce livre un recueil de nouvelles, catégorie « thriller fantastique », audacieux et original.

Pour ne citer qu'un exemple, "La Belle au Bois Dormant" commence ainsi:

"Il était une fois un homme qui vivait dans l'espoir d'assassiner sa femme."

Sympa non?  Ca donne le ton en tout cas.

Recueil qui aurait aussi bien pu s'intituler "Contes fée-roces un poil polisson" car cela résume parfaitement ce à quoi l'on peut s'attendre en ouvrant ce livre. Nous avons en effet affaire à un auteur facétieux et plein d'imagination.

C'est une lecture plaisante mais qui peut s'avérer lassante si on enchaîne tous les contes à la suite - à lire à petites doses pour ma part, comme un recueil de nouvelles.

J'étais très impressionnée par la richesse du vocabulaire, très fourni, savoureux car inhabituel, exploité ici par l'auteur. La transposition de l'essence des contes dans un monde contemporain, le nôtre, est parfois assez drôle.

 

Un ouvrage qui ravira sans conteste tous les adeptes de l'humour noir!  


Egalement commenté par Daniel Fattore chez qui j'ai repéré ce livre.


Je profite de ce billet pour me noter ici deux autres recueils de contes qui m'avaient bien tentée il y a plusieurs années:

- Si les fées m'étaient contées : 140 contes de fées de Charles Perrault à Jean Cocteau (un sacré pavé! )
- Snow White, Blood Red ( Blanche Neige, rouge sang ) , un collectif des contes de fées les plus célèbres revisités par les maîtres de l'Horreur et de la Fantasy (yummy!).

Ooh, mais ça me fait penser que j'ai dans ma PAL un autre recueil qui aurait bien sa place dans la catégorie "contes revisités" aussi: Smoke and Mirrors ( Miroirs et fumées ) de Neil Gaiman (en plus!) - un recueil de textes courts à travers lesquels il réinterprète les grands mythes de la littérature fantastique.
Ouh ben voilà l'occasion de le déterrer de ma PAL!

Repost 0
Published by A_girl_from_earth - dans NOUVELLES - ROMANS COURTS
commenter cet article
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 16:08
Repost 0
Published by A_girl_from_earth
commenter cet article

LECTURES EN COURS

                    ooops.jpg 

Recherche

ET POURQUOI PAS ?

 Lubie littérature grecque  Challenge Contes

 challenge-iles.jpg  Lire-sous-la-contrainte.jpg

Le Grenier