Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 21:16

soiree-sushi.gif

 

 

SOIRÉE SUSHI

 

 

Non, non, ce n'est pas parce qu'on a décrété que j'aimais la chick lit à mon insu que j'ai décidé de lire ce roman pour donner foi à ces allégations. La raison est bien pire plus simple que ça. C'est parce qu'il y a le mot "sushi" dans le titre, et moi, tout ce qui se rapporte de près ou de loin (même de très très loin) au Japon, éveille mon intérêt.

 

Ça faisait donc un moment que ce livre était dans ma LAL, et puis le fait de parler chick lit récemment m'a rappelé au souvenir de ce roman que je m'étais projeté de lire un jour.

 

Pas de mauvaise surprise ici, je savais plus ou moins à quoi m'attendre, quoique j'ai un peu appréhendé le sujet cliché et répétitif des réunions de nanas divorcées ou séparées, et des discussions très filles qui allaient s'ensuivre.

Soit c'est drôle, soit c'est affligeant. Un mixte des deux ici, le côté affligeant étant forcément drôle quand on regarde tout ça d'un oeil extérieur.

Agnès Abécassis a l'humour qui se prête bien à ce genre de situtation, et si l'on ne s'attache pas trop au fond et à l'histoire, toujours forcément tirée par les cheveux dans ce genre de récit, c'est souvent soit trop beau, soit trop catastrophique, à prendre au x-ième degré donc, on passe un bon moment de lecture divertissante et même amusante. J'ai bien ri à certains moments car en réalité, l'auteure a su parfaitement analyser l'essence "prise de tête pour rien" de la femme, et est plutôt moqueuse vis-à-vis de la gente féminine.

 

Quelques extraits:

"Je vois poindre des gouttes au bord des cils, son menton se chiffonner, attention, tous aux abris, elle n'arrive plus à se retenir, elle va faire pipi des yeux..."

 

"Ensuite, ben quoi, ce type t'a traitée de femme parce qu'il possède l'immense capacité intellectuelle de savoir changer un joint? Toi tu peux fabriquer un être humain tout entier dans ton ventre, quand lui n'y fabriquera jamais autre chose que des gaz. Alors qui devrait se sentir inférieur à l'autre, honnêtement?

A défaut d'acquiescer, Hortense fouille encore dans sa tête, car il y a forcément d'autres raisons de déprimer.

Ce n'est pas possible autrement, ce serait trop facile si ses problèmes pouvaient être résolus par deux ou trois bonnes paroles réconfortantes, ça signifierait qu'elle aurait trait ses glandes lacrymales pour rien."

 

"Les hommes viennent de Mars, et parfois ils feraient mieux d'y rester."(titre d'un livre publié par un des personnages)

 

Un de mes passages préférés:

"- Oui! Je me rappelle m'être pris la tête, une fois, à interpréter un texto que j'avais reçu et qui disait, entre autres: "Merci pour ce délicieux moment passé ensemble. A très vite." [...] Ça veut dire quoi, "délicieux"?[...] Un "moment", c'est un instant court. Ça veut dire que t'en veux un autre? Du genre c'était trop court, donc ça t'a plu? Donc moi, je t'ai plu? J'ai fait intervenir deux copines dessus. Pas une, DEUX. On a fait une analyse alphabétique des mots de ce SMS, couplée à une dissection parcimonieuse de ses e-mails précédents, on a âprement discuté l'origine de l'emploi de sa ponctuation, et on s'est repassé au ralenti le best of de ses gestes pendant le repas.

- Et finalement? demande Hortense.

- Finalement rien. J'ai appris plus tard que le journaliste était gay. Et poli, visiblement."

 

 

Ce récit m'a d'autant plus amusée que dans la semaine où je lisais ce roman, j'avais eu un dîner à la tournure imprévue avec trois amies dont l'une venait de se faire larguer le jour de son anniv', et que je m'étais retrouvée au milieu d'une séance thérapeutique de déculpabilisation où chacune se rassurait sur sa normalité en rendant le Mâle coupable de tout. Hé bien la réalité, c'est tout à fait ça, le genre de trucs où on se dit, mais on est grave (=pathétiques), nous, les nanas, et quand on lit des histoires similaires, on se dit toujours que c'est exagéré, mais pas du tout, la réalité est même pire...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by A_girl_from_earth - dans LOL CORNER - DIVERTISSANT
commenter cet article

commentaires

Géraldine 10/02/2011 20:24



J'ai eu le côté affligeant forcément drôle hier soir au cinéma, et bien malgré moi en plus. J'avoue, je ne suis pas fan de ce côté là.



A_girl_from_earth 11/02/2011 00:08



Notre perception de ce genre de récit dépend de l'humeur, de la phase dans laquelle on se trouve, je pense aussi. Moi ça peut m'exaspérer, comme ça peut vraiment m'amuser, en fonction de mon état
d'esprit ou de ce que je vis.



keisha 10/02/2011 08:16



Que celle qui n'a pas deux (oui, deux) bouquins de cette auteure sur ses étagères te jette la première pierre...



A_girl_from_earth 10/02/2011 23:55



C'est vrai qu'elle a l'air assez populaire. Bon, elle a un style plutôt sympathique et divertissant, ça pourait bien me reprendre de la lire à l'occase, tiens! Après un petit classique...



LECTURES EN COURS

                    ooops.jpg 

Recherche

ET POURQUOI PAS ?

 Lubie littérature grecque  Challenge Contes

 challenge-iles.jpg  Lire-sous-la-contrainte.jpg

Le Grenier