Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2008 1 30 /06 /juin /2008 13:50




CLOUD OF SPARROWS

( SAMOURAÏ )


Présentation de l'éditeur
"Un exceptionnel récit d’aventures, doublé d’une très belle histoire d’amour où l’auteur, Américain d’origine nipponne, évoque l’une des pages les plus passionnantes de l’histoire du Japon, à la fin du 19e, à l’époque Edo. Dans une intrigue riche de multiples péripéties, les personnages, d’une force et d’une “présence” exceptionnelles, se distinguent par leur ouverture d’esprit. La fascination des Occidentaux pour les modes de pensée japonais, et la prise de conscience par les Japonais de leur absence d’ouverture sur l’extérieur qui entrave leur développement amèneront un véritable échange – et non un choc – entre les deux cultures, chacune adoptant le meilleur de l’autre.

Best-seller aux Etats-Unis, Samouraï sortira presque simultanément en France et en Hollande, en Allemagne et en Italie. Les droits cinéma ont d’ailleurs été vendus à Universal Pictures."




Un roman que je n'ai pas pu m'empêcher de comparer à Shogun de James Clavell tout le long de sa lecture, et je dois dire que même s'il se lit plutôt agréablement bien, qu'il a tout le palpitant, le piquant, le suspens du bon roman d'aventures, et le charme des grandes épopées, je n'ai pas autant flashé que pour Shogun (c'est que Shogun, c'est du mastock! lol).

Je pensais que, écrit par un japonais, il y aurait une dimension autre, plus éclairée au niveau de la mentalité du samouraï, et par extension, nipponne, mais en fait, bizarrement, j'ai préféré l'approche de James Clavell, et de loin. Enfin en même temps, Takashi Matsuoka n'est pas japonais à 100% mais américain d'origine nippone et on le ressent bien dans sa façon d'aborder les événements.

Il y a aussi une différence de taille, c'est que l'action ici se situe vraiment à la fin de l'ère Edo, milieu du 19è siècle, et que certains japonais ont largement eu le temps d'intégrer (sans pour autant forcément approuver) le fait que les occidentaux puissent penser et se comporter différemment d'eux, et même leur être utiles, alors qu'à l'époque où se situe l'action dans Shogun (début du 17è siècle), on est vraiment dans la confrontation de deux cultures très différentes et bonjour le choc des civilisations.

La fin de l'ère Edo, c'est vraiment l'époque des grands bouleversements dans la société nipponne, celle qui annonce la fin des samouraïs. Ici le daimyo Genji est particulièrement en avance sur son temps, très moderne dans sa façon de penser, très favorablement ouvert à la présence étrangère (à 23 ans, il a cette sagesse et cette ouverture d'esprit du daimyo dans le film "Le dernier samouraï" avec Tom Cruise - j'avais adoré ce film au passage)) il maîtrise assez rapidement l'anglais (bon il avait quelques notions déjà, acquises en autodidacte, uniquement à l'écrit et à la lecture - mais en trois semaines, pfiou, il comprend presque tout et vous fait des phrases quasi-parfaites, et pas juste pour acheter du pain...), bref il n'a presque rien de véritablement étranger pour les occidentaux que nous sommes, et pour couronner le tout, il a le don de prophécie... donc pour le dépaysement et la crédibilité de certains faits, frappons à une autre porte...



Enfin l'intrigue reste bien menée et on se laisse facilement entraîner dans l'histoire. Toujours autant de complots, de manigances, mais ce n'est pas aussi tortueux que dans Shogun. Il y a juste la dimension paranormale et fantasy-iste (le don de double vue de Genji et de son clan notamment) qui décrébilise un peu l'aspect historique des événements à mon sens, et qui m'a un peu gênée. En même temps, cela permet à l'auteur de justifier le fait que Genji soit particulièrement ouvert d'esprit et en avance sur son temps, de dramatiser l'effet de certains événements, et de jouer sur certains dénouements.

L(es) histoire(s) d'amour ici aussi, bouarf. Les choses sont un peu prévisibles et faciles, et ce d'une manière générale d'ailleurs, pas seulement côté coeur. Bon et puis ici les samouraïs sont pas très virils, hein. Ca pleure et larmoie pour un oui ou pour un non, ça s'émeut pour le moindre drame sentimental, de vrais midinettes lol. J'ai trouvé ça un peu exagéré, et même gavant à force, je ne sais pas si c'était vraiment ainsi à l'époque. Ce n'était pas vraiment l'image que j'avais des samouraïs, ce petit côté fleur bleu lol. D'ailleurs, à un moment, Genji lui même s'exclame en disant : "We are so fond of melodrama, are we not?" Ironique?


Bref, lecture agréable et divertissante, trame bien tissée, bon roman d'aventures (mais qui n'éclipse pas Shogun pour moi) avec une pincée de fantastique (et de mélodrame).
Il y a par ailleurs une suite en anglais, Autumn Bridge. Je ne sais pas si elle est intégrée à la traduction française Samouraï, mais je me tâte encore à la lire. Il y a des choses qui vont me paraître trop grosses, je le sens, d'après ce qui se profile déjà dans le premier roman.


Merci tout de même à Sandrine de m'en avoir parlé car c'est un thème et une époque que j'adore, et j'ai été ravie de découvrir ce roman, même si je sens qu'aucun livre du genre n'arrivera à éclipser Shogun dans mon coeur finalement lol (ouais - et c'est pas à cause de Richard Chamberlain - d'abord, un, je l'aime pas, et deux, j'ai jamais vu le feuilleton...).

Partager cet article

Repost 0
Published by A_girl_from_earth - dans HISTORIQUE - AVENTURES
commenter cet article

commentaires

LECTURES EN COURS

                    ooops.jpg 

Recherche

ET POURQUOI PAS ?

 Lubie littérature grecque  Challenge Contes

 challenge-iles.jpg  Lire-sous-la-contrainte.jpg

Le Grenier