Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 avril 2008 1 28 /04 /avril /2008 22:47



LA PERDIDA


Présentation de l'éditeur
"La Perdida raconte les mésaventures d'une jeune américaine exilée à Mexico. Carla, délaissée par son père mexicain, part à la recherche de ses racines. Elle commence son périple en rejoignant un ex-petit ami, Harry, perdu dans les mêmes brumes alcoolisées que ses héros, William S. Burroughs et Jack Kerouac. Il accueille Carla à bras ouverts jusqu'à ce qu'il réalise qu'elle n'est pas décidée à retourner aux États-Unis. Lorsque la relation entre Harry et Carla atteint un point de non-retour, elle choisit de rejeter le petit monde de ses concitoyens expatriés, et se concentre sur ses nouveaux amis : Oscar le beau gosse, qui deale et rêve de devenir DJ, et le charismatique Memo, pseudo-intellectuel de gauche très porté sur la gente féminine.
Déterminée à se plonger dans la " véritable " culture mexicaine, Carla ne veut pas voir la superficialité de ses nouveaux amis. En revanche, elle tape dans l'œil d'un baron local de la drogue, El Gordo, et sa vie devient beaucoup plus compliquée. Elle doit alors faire face aux conséquences inévitables de sa naïveté.
 
Le trait extrêmement expressif de Jessica Abel et le mélange savamment dosé des langages parlés par ses personnages offrent une vision particulièrement vivante du Mexique d'hier et d'aujourd'hui. L'histoire de Carla évoque l'héritage de Burroughs et de Kahlo. Ce récit fort fait écho au désir de vivre une existence authentique et riche, mais évoque également le piège des vérités toutes faites.
La Perdida est une histoire ancrée dans le Mexique d'aujourd'hui - tout en restant pleinement universelle - sur la quête de soi... mais aussi sur la façon de se perdre."



L'auteure :
"Jessica Abel est née en 1969 à Chicago. Elle commence à réaliser des comics durant ses années d'études à l'Université de Chicago. De 1992 à 1996, elle se consacre essentiellement à son fanzine, Artbabe. L'année suivante, elle est élue meilleur jeune talent par le prix Harvey and Lulu, et, cinq ans plus tard, elle obtient le prix Harvey de la meilleure série pour les premiers épisodes de La Perdida, publiés chez Fantagraphics. En mars 2006, l'oeuvre achevée est publiée chez Panthéon Books. A côté de son travail d'auteur, Jessica Abel enseigne depuis quelques années dans la section bande dessinée de l'école des arts visuels de New York. Carmina, son prochain projet personnel, est prévu pour 2007 et elle collabore à l'heure actuelle à un projet intitulé Life Sucks, ainsi qu'à un ouvrage sur les techniques du récit en bande dessinée. Elle vit aujourd'hui à Brooklyn à New York avec son mari, le dessinateur Matt Madden."





Ouééééé!!! Encore une découverte hasardeuse qui se révèle être un quasi-coup de coeur côté BD! Plus je découvre des BD de cette qualité et plus je réalise la richesse de leur contenu qui s'assimile tout à fait, en fin de compte, à celles de romans, et je trouve ça dommage dommage dommage que cette catégorie de livres soit méconnue, souvent délaissée, voire méprisée, par une majorité de grands lecteurs.

J'ai tout de suite été séduite par les premières pages de ce comic qui présentaient cette américaine paumée et quelque peu désoeuvrée, partie à Mexico à la recherche de ses racines et en quête d'une expérience authentique au sein d'une communauté dont elle se réclame par le sang mais dont elle connait finalement si peu.
C'est un thème qui me parle en effet énormément, celui de la quête de notre identité culturelle (quand on est pluri-culturel...), qui implique sentiment de culpabilité quand on se sent appartenir à une culture et que l'on n'y est pas comme chez soi en fin de compte, et envie de s'approprier quand même cette culture malgré tout, et j'ai baucoup aimé le fait que l'auteur ait choisi de transcrire les dialogues en version originale aussi souvent que possible, ça rend l'histoire véritablement réaliste et vivante.
On sent par ailleurs le vécu et l'expérience de l'auteur dans ce genre d'aventure humaine et de rencontre culturelle. J'ai même cru à un moment qu'il s'agissait d'une autobiographie. 

Ce comic est aussi une façon originale de découvrir la culture mexicaine à travers le regard d'une étrangère avide de s'adapter à ce pays qu'elle a choisi d'explorer. Je me suis beaucoup identifiée à elle par moment, à sa façon de voir les choses, ce qui me l'a rendu particulièrement sympathique. Toutefois, malgré ses efforts pour s'intégrer à la vie mexicaine (apprentissage de l'espagnol, fréquentations de mexicains, intérêt pour leur mode vie) et la sincérité avec laquelle elle aime (ou croit aimer?) ce pays, refusant d'être vue comme une touriste capitalise, les mexicains la considèreront toujours comme une "conquistadora". Elle-même juge sévèrement ses compatriotes expats, se croit plus authentique qu'eux dans son approche et son amour de la culture mexicaine, mais ne sait plus sur quel pied danser quand elle se rend compte qu'elle est finalement plus proches d'eux que de la mentalité mexicaine. 

L'auteur, à travers ce comic, soulève des thématiques particulièrement intéressantes, entre autres la question de nos motivations lorsque l'on décide de s'exiler ailleurs ou que l'on s'attache à une culture particulière. Pourquoi aime-t-on une autre culture que la sienne (celle qui nous a élevés, j'entends)? Qu'y recherche-t-on? Que rejette-t-on de l'autre culture? Peut-on renier ce que l'on est, qui on est, d'où l'on vient? Peut-on tout justifier dans une culture que l'on aime jusqu'à se leurrer quant à nos choix? Y a-t-il une "recette" meilleure qu'une autre pour appréhender l'autre, est-ce que l'on peut vraiment comprendre une autre culture que la sienne, et s'y intégrer véritablement, ou ne sommes-nous pas juste déjà étrangers à nous-mêmes?...
Bien d'autres thématiques sont développées dans ce livre également, politiques notamment, mais je ne vais pas toutes les dévoiler ici sous peine d'en dire trop, et j'ai trouvé tout cela vraiment instructif sur une certaine réalité mexicaine propre à celle d'autres pays latino-américains.

L'intrigue est par ailleurs vraiment bien construite et palpitante. Impossible de lâcher le livre une fois ouvert pour ma part. Dès le début, on sait que Carla a vécu une expérience traumatisante à Mexico, mais son coeur y reste attaché, et on se demande bien ce qui s'est passé (ce que l'auteur nous fait le plaisir de nous dévoiler - ouf!).

Une BD que je recommande vraiment chaudement aux amoureux de la culture latino-américaine.

Partager cet article

Repost 0
Published by A_girl_from_earth - dans BD EN VRAC - GRAPHIC NOVELS
commenter cet article

commentaires

Mo' la fée 20/11/2010 08:23



je l'avais feuilleté et j'étais sceptique. Au final, j'ai opté pour l'emprunt, je ne suis pas parvenue à dépasser la troisième planche. Je vais retenter, tu es emballée, mais le graphisme me
bloque



A_girl_from_earth 22/11/2010 21:26



Je me souviens avoir hésité à le prendre au début quand j'étais tombée dessus mais les premières pages m'ont conquise tout de suite, question de thème et aussi de motivation pour découvrir la BD,
je me souviens, j'étais en plein cette période où j'étais particulièrement ouverte à la BD, ne la connaissant qu'à travers les Astérix et Iznogoud. Je suis contente de voir que j'ai fait du chemin depuis.



LECTURES EN COURS

                    ooops.jpg 

Recherche

ET POURQUOI PAS ?

 Lubie littérature grecque  Challenge Contes

 challenge-iles.jpg  Lire-sous-la-contrainte.jpg

Le Grenier