Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mars 2008 7 30 /03 /mars /2008 19:14



LES AMES MORTES
 
( DEAD SOULS )
 

Amazon.fr 
"Livre saboté, plusieurs fois brûlé par son auteur (qui voulait lui donner une issue "morale") et resté largement inachevé à la mort de Gogol en 1852, Les Âmes mortes révèlent, outre le génie littéraire de leur créateur, le combat acharné d'un homme vers un but et contre des forces qui le dépassent. Vaste méditation sur la mort, cette épopée comique aux relents de cauchemar, construite dans le plus pur style de l'épopée picaresque à la Don Quichotte, nous entraîne avec une virulence de ton parfois diabolique dans un monde où les morts se monnayent et se négocient, quand les vivants eux prennent l'allure de grotesques fantômes. Univers fantasmagorique où le mensonge, le délire et la logique du rêve se télescopent.

Dickens et son Pickwick (à peu près contemporain, Gogol esquissant son livre dès 1837) ne sont pas loin. Mais Dante non plus, un Dante qui ne nous aurait laissé que son Enfer, et dont le Purgatoire, comme le Paradis, auraient été livrés aux flammes, dans une frénésie autodestructrice à laquelle Kafka - le véritable héritier de Gogol - faillit lui-même bien plus tard succomber. --Scarbo --"



 
Mal conseillée (mdrrrr), je me suis lancée à corps perdu dans ce roman, mon premier de Gogol et j'ai bien failli m'y embourber.
Je pense que j'aurais dû commencer par un de ses romans réputé plus loufoque, ou drôle, histoire d'avoir un aperçu plus éclairé et plus plaisant de son style.
Ici le thème déjà ne me parlait pas trop, mais il avait l'avantage d'être pour le moins original, aussi je me suis dit que sous la plume d'un Gogol, il y aurait moyen de passer un bon moment... que nenni!
J'avais bien l'impression que l'auteur y avait mis tout son sérieux, et qu'il ressemblait en cela aux auteurs de son temps, et que moi je lisais un banal roman classique russe. Banal dans le sens où je ne voyais pas bien où était le style "gogol", ce qui ne veut pas dire que ce n'est pas un bon roman, mais ce n'est pas vraiment ce que j'espérais. Enfin je ne me suis pas assez ennuyée pour abandonner le livre au bout de 10 pages (mais j'ai tout de même beaucoup lu en diagonal, notamment lors de longues descriptions des lieux, des environs, des personnages) mais je n'ai achevé que la 1ère partie, laissant de côté la 2è qui de toute façon est inachevée et a été publiée après la mort de l'auteur qui n'avait de cesse de la réécrire, alors ça se trouve ce n'est même pas cette version qu'il voulait publier au final...
 
Ce qui m'a plu en revanche et qui m'a laissé entrevoir un petit peu les délires dont pouvait être capable l'auteur, c'est sa façon de présenter le récit comme totalement indépendant de l'auteur et de traiter les personnages comme s'ils agissaient indépendamment de la volonté de l'auteur, ce qui lui permettait par exemple de dire que si l'histoire ou les personnages nous semblaient moroses, cela n'était pas sa faute. J'ai trouvé ça particulièrement drôle en regard de ce que je ressentais à la lecture de ce roman. Par ailleurs il aborde du coup un aspect très intéressant de la genèse et la rédaction de récits en général, en agrémentant son histoire de digressions de ce genre.
 
Des extraits à ce sujet :
 
"Aussi le lecteur ne doit-il pas s'offusquer si les personnages apparus jusqu'ici lui déplaisent; c'est la faute de Tchtchikov; il est à cet égard souverain maître, et nous devons le suivre où bon lui semble. Que si l'on nous reproche l'insignifiance et la mauvaise mine des personnages et des caractères, nous dirons simplement que l'on n'aperçoit jamais dès l'abord une oeuvre dans toute son ampleur."
 
"Mais nous nous sommes mis à parler assez haut, sans songer que notre héros qui dormait pendant qu'on racontait son histoire, s'est déjà réveillé et peut facilement entendre son nom si souvent répété. Or, il est susceptible et se froisse quand on lui manque de respect. Peu importe au lecteur que Tchitchikov se fâche contre lui, mais l'auteur ne doit en aucun cas se brouiller avec son héros : tous deux ont encores mal de chemin à parcourir bras dessus bras dessous, deux grandes parties en perspective - ce n'est pas une bagatelle."

Ce que j'ai trouvé intéressant aussi c'est de voir les évidences de censure à travers le texte et les explications en notes de fin de roman.
 
Bref dans l'ensemble, une lecture pas totalement perdue, mais pas géniale non plus en ce qui me concerne, mais qui ne me décourage pas de retenter du Gogol pourvu que ce soit véritablement loufoque et moins sérieux.


(commenté le 20/01/2008)
Partager cet article
Repost0

commentaires

Loo 30/11/2012 20:44


Je viens faire la poussière de tes vieux livres .


Moi qui comptais sur toi pour m'éclairer sur une lecture de Gogol que je n'ai jamais lu il me semble bien. Raté !

A_girl_from_earth 30/11/2012 23:30



En lecture commune, on pourra essayer un autre de ses titres si tu veux. Mais je t'avoue que je ne me sens pas d'attaque dans l'immédiat.


Lointain souvenir cette lecture, mais elle m'aura quand même marquée comme plutôt pas positive, et même si je reste ouverte à la découverte d'autres oeuvres de cet auteur, c'est vraiment sans
sentiment d'urgence. 



dolce_vita 08/02/2009 21:30

ça c'est un livre que j'aimerais bcp lire. Tu aurais peut-etre du lire "les nouvelles de St Petersbourg" avant celui ci ... Je te conseille ce recueil, qu'il faut vraiment lire à tête reposée pour l'aprécier (dans le sens ou il m'avait gonflée relativement quand je l'avais étudié en Terminale, mais je l'avais adoré quand je l'avais relu pour moi ...).

A_girl_from_earth 08/02/2009 22:51


(ouf! J'ai cru un instant que tu venais me chercher pour L'ombre du vent )
Oui je suis persuadée que ce livre n'était pas pour moi et je suis tout à fait disposée à essayer un autre ouvrage de cet auteur. Je vais regarder de plus près le recueil dont tu parles!


LECTURES EN COURS

                    ooops.jpg 

Recherche

ET POURQUOI PAS ?

 Lubie littérature grecque  Challenge Contes

 challenge-iles.jpg  Lire-sous-la-contrainte.jpg

Le Grenier