Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2008 6 29 /03 /mars /2008 20:02

Un des rares poèmes qui m'ait parlé et qui m'a marqué (mon grand-père me le récitait quand j'étais petite et j'adorais!):

 



Lorsque avec ses enfants vêtus de peaux de bêtes,
Echevelé, livide au milieu des tempêtes,
Caïn se fut enfui de devant Jéhovah,
Comme le soir tombait, l'homme sombre arriva
Au bas d'une montagne en une grande plaine ;
Sa femme fatiguée et ses fils hors d'haleine
Lui dirent : « Couchons-nous sur la terre, et dormons. »
Caïn, ne dormant pas, songeait au pied des monts.
Ayant levé la tête, au fond des cieux funèbres,
Il vit un oeil, tout grand ouvert dans les ténèbres,
Et qui le regardait dans l'ombre fixement.
« Je suis trop près », dit-il avec un tremblement.
Il réveilla ses fils dormant, sa femme lasse,
Et se remit à fuir sinistre dans l'espace.
Il marcha trente jours, il marcha trente nuits.
Il allait, muet, pâle et frémissant aux bruits,
Furtif, sans regarder derrière lui, sans trêve,
Sans repos, sans sommeil; il atteignit la grève
Des mers dans le pays qui fut depuis Assur.
« Arrêtons-nous, dit-il, car cet asile est sûr.
Restons-y. Nous avons du monde atteint les bornes. »
Et, comme il s'asseyait, il vit dans les cieux mornes
L'oeil à la même place au fond de l'horizon.
Alors il tressaillit en proie au noir frisson.
« Cachez-moi ! » cria-t-il; et, le doigt sur la bouche,
Tous ses fils regardaient trembler l'aïeul farouche.
Caïn dit à Jabel, père de ceux qui vont
Sous des tentes de poil dans le désert profond :
« Etends de ce côté la toile de la tente. »
Et l'on développa la muraille flottante ;
Et, quand on l'eut fixée avec des poids de plomb :
« Vous ne voyez plus rien ? » dit Tsilla, l'enfant blond,
La fille de ses Fils, douce comme l'aurore ;
Et Caïn répondit : « je vois cet oeil encore ! »
Jubal, père de ceux qui passent dans les bourgs
Soufflant dans des clairons et frappant des tambours,
Cria : « je saurai bien construire une barrière. »
Il fit un mur de bronze et mit Caïn derrière.
Et Caïn dit « Cet oeil me regarde toujours! »
Hénoch dit : « Il faut faire une enceinte de tours
Si terrible, que rien ne puisse approcher d'elle.
Bâtissons une ville avec sa citadelle,
Bâtissons une ville, et nous la fermerons. »
Alors Tubalcaïn, père des forgerons,
Construisit une ville énorme et surhumaine.
Pendant qu'il travaillait, ses frères, dans la plaine,
Chassaient les fils d'Enos et les enfants de Seth ;
Et l'on crevait les yeux à quiconque passait ;
Et, le soir, on lançait des flèches aux étoiles.
Le granit remplaça la tente aux murs de toiles,
On lia chaque bloc avec des noeuds de fer,
Et la ville semblait une ville d'enfer ;
L'ombre des tours faisait la nuit dans les campagnes ;
Ils donnèrent aux murs l'épaisseur des montagnes ;
Sur la porte on grava : « Défense à Dieu d'entrer. »
Quand ils eurent fini de clore et de murer,
On mit l'aïeul au centre en une tour de pierre ;
Et lui restait lugubre et hagard. « Ô mon père !
L'oeil a-t-il disparu ? » dit en tremblant Tsilla.
Et Caïn répondit : " Non, il est toujours là. »
Alors il dit: « je veux habiter sous la terre
Comme dans son sépulcre un homme solitaire ;
Rien ne me verra plus, je ne verrai plus rien. »
On fit donc une fosse, et Caïn dit « C'est bien ! »
Puis il descendit seul sous cette voûte sombre.
Quand il se fut assis sur sa chaise dans l'ombre
Et qu'on eut sur son front fermé le souterrain,
L'oeil était dans la tombe et regardait Caïn.

"La conscience", Victor Hugo, La légende des siècles.

Partager cet article

Repost 0
Published by A_girl_from_earth - dans POESIE
commenter cet article

commentaires

suzanne 08/02/2011 16:21



Qui ne connaît pas "La Conscience"? Poésie qui exprime bien que l'on ne peut pas grand chose contre justement la conscience quand on en a une. Les deux derniers vers sont révélateurs de cela et
je trouve que cette chute attendue ou pas est magnifique bien que désespérée.



A_girl_from_earth 08/02/2011 23:52



Tout à fait, les deux derniers vers sont très forts émotionnellement parlant! Ceux-là sont effectivement très connus, après je doute que le poème dans son ensemble soit vraiment connu de tous. Il
est vraiment superbe pourtant, je ne me lasse pas de le lire!



L'Hippocampe associé 28/04/2009 08:44

Evidemment, Victor Hugo nous emporte toujours ..et grand merci de nous donner l'occasion de le relire.Au passage tout de même, un conseil pour ceux qui n'ont pas encore abordé la poésie contemporaine, celle qui s'écrit aujourd'hui, les jeunes auteurs: allez en écouter. Au moment de Printemps des poètes, mais aussi toute l'année et de plus en plus, les poètes lisent publiquement leurs textes. Par l'oreille, par les inflexions données, par le ton, les textes pénêtrent bien, et d'auditeur on peut très bien devenir lecteur soi-même, et même lecteur passionné. La poésie contemporaine est riche, de plus en plus riche, et pertinente, mais on la trouve plus dehors que dans les librairies.A bientôt en reparler, peut-être ?

A_girl_from_earth 29/04/2009 00:01


Tout à fait d'accord, la poésie s'apprécie bien à l'oreille et peut-être moins aisément à la lecture quand on est peu habitué. C'est d'ailleurs ce souvenir que je garde de "La conscience", celui de
mon grand-père récitant chaque mot de façon très captivante, et chaque fois que je lis ce poème, j'ai sa voix et ses inflexions en tête.
J'espère à bientôt, oui!


laura 27/02/2009 08:17

Tu as raison, moi-aussi, j'essaie de parler que de ce que je connais un peu...

A_girl_from_earth 28/02/2009 01:07


Enfin, j'espère tout de même avoir l'occasion un jour d'enrichir cette section.
Il est un peu tout seul là Victor Hugo!


laura 26/02/2009 19:05

Peu de poésie mais d'autres choses me plaisent par ici...

A_girl_from_earth 27/02/2009 00:46


Merci!
Concernant la poésie, je dois dire que je suis de moins en moins aussi catégorique qu'avant et qu'il y a de plus en plus de poèmes qui me touchent vraiment.
Je n'ai par contre pas la sensibilité nécessaire pour en parler, aussi je m'abstiens.


cecyl 28/04/2008 16:40

bonjourj'ai auto éditer un recueil de poésie qui s'appelle "yahvé"des extraits sont disponibles  sur mon blogsi mon style te plait je peux d'ednvoyer un exemplaire par la posteje peux aussi d'envoyer un pdf de "poésie virtuelle" ou "la poésie d'Emily Dickinson"à toi de voir mercicecyl

A_girl_from_earth 28/04/2008 22:32


Bonsoir et merci pour tes propositions!
Je ne suis malheureusement pas assez sensible à la poésie pour pouvoir apprécier les oeuvres des poètes comme il se devrait ni en faire un commentaire valable mais j'admire les gens qui
ont ce talent artistique. J'ai été assez impressionnée par tes adaptations et traductions de poèmes d'Emily Dickinson - exercice difficile et admirablement réussi, je trouve.
Au plaisir des échanges!


LECTURES EN COURS

                    ooops.jpg 

Recherche

ET POURQUOI PAS ?

 Lubie littérature grecque  Challenge Contes

 challenge-iles.jpg  Lire-sous-la-contrainte.jpg

Le Grenier