Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2008 6 29 /03 /mars /2008 15:28



THE BELL JAR
 
( LA CLOCHE DE DETRESSE )
 
 
4è page de couv :
"L'unique roman de cette poétesse qui se suicida un mois après qu'il fut publié (1963). Autobiographique, il relate de façon clinique une dépression nerveuse distraite par une existence agitée et futile qui se clôt sur une fausse guérison."
 
 
C'est cette note de 4è page de couv' qui a attiré mon attention car j'ai toujours été intriguée et fascinée par le mal-être des suicidés, surtout dans la catégorie écrivains, je pense en particulier à John Kennedy Toole.
 
J'étais assez étonnée en lisant ce roman parce qu'il n'est nullement déprimant, au contraire, une grande lucidité et une originalité de pensée s'en dégage. Souvent je me suis identifiée à ce personnage, à ce qu'elle ressent et ce qu'elle dit, il y a même un certain humour décalé qui se dégage de sa vision des choses. On ressent une certaine langueur et une mélancolie de sa part face à la vie, mais rien de désespéré, aucune rancoeur, aucune plainte, aucun drame, rien de morne, au contraire, chaque sentiment est dépeint par une âme riche et profonde.
 
Pour situer l'histoire, nous sommes dans les années 50s, en pleine Amérique bercé par des valeurs encore très puritaines et l'importance de la réussite sociale : éducation basique pour la femme, épanouissement dans la vie maritale classique, être un symbole de féminité respectable en société...; mais Esther a d'autres aspirations, et surtout, son rêve c'est d'écrire et devenir une grande poètesse. Elle étouffe sous cette cloche de verre bâtie par ce qu'impose la société et les déceptions de la vie, et va plonger dans une dépression nerveuse...


(commenté le 19/03/2006)

Partager cet article

Repost 0
Published by A_girl_from_earth - dans ROMANS DIVERS
commenter cet article

commentaires

LECTURES EN COURS

                    ooops.jpg 

Recherche

ET POURQUOI PAS ?

 Lubie littérature grecque  Challenge Contes

 challenge-iles.jpg  Lire-sous-la-contrainte.jpg

Le Grenier